« Dreaming », intitulé du concert d’Emel Mathlouthi, fait écho à « la rêverie ». L’artiste inaugure, lors d’un concert d’ouverture, l’édition 2022 de «Dream City», maintenu au Théâtre municipal de Tunis, à la Médina et dans la capitale. «Dreaming» entame aussi une série de concerts programmée pendant cette biennale d’arts tunisienne.

A 21h00, Emel Mathlouthi apparaît sur scène dans une originale robe rouge créée par Hedi ben Mami, jeune styliste créateur. Une arrivée attendue par un public venu nombreux dans l’enceinte de « La bonbonnière de la capitale », afin d’écouter ou de réécouter quelques nouveautés musicales et profiter de cette rétrospective concoctée par la chanteuse. Emel Mathlouthi a alterné les chansons qui l’ont fait connaître et celles qui accompagnent son parcours à l’étranger, aux Etats-Unis, en Europe et récemment lors d’une tournée au Japon.

D’une durée de 90 minutes, ce concert marque son retour en Tunisie, après une absence de quatre ans. Un retour qui correspond aux dix  ans de « Kelmti Horra », l’album qui a fait son succès. La chanteuse a chanté en dialecte tunisien, en arabe, en anglais et est revenue sur des albums à elle, comme « Kelmti Horra », « Ensen », « We looked was Burning » et « The Tunis Diaries ». Des sonorités électroniques et rock, mélangées à des sonorités classiques, ont retenti au fil de son répertoire. Des morceaux qui célèbrent ses racines tunisiennes. Des Vidéos ont accompagné ses chansons pendant tout le concert : ils racontent visuellement des combats universels : les luttes sociales, la protection de l’environnement, la justice sociale, les libertés… autant de thématiques qui dénoncent les atrocités dans le monde, mais qui entretiennent humanité et espoir.

Entourée sur scène de musiciens « hommes », dont un quatuor à cordes, l’artiste a usé d’un tambour, tout en s’adonnant à des mouvements scéniques divers. L’album « Kelmti Horra » est sorti en vinyle en juin 2022. « Dream City » consacre une grande partie de la programmation de sa 8e édition à la musique.

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire