Grâce à la richesse de ses ressources naturelles, la Tunisie est une destination compétitive qui peut amplement profiter de ce produit de niche qu’est le tourisme d’aventure et de plein air. Le projet Aotd, mis en œuvre par la GIZ et l’Atta, le plus grand réseau mondial de leaders professionnels du voyage d’aventure, constitue, en ce sens,  le premier jalon dans le développement
d’une filière en plein essor.

Le ministre du Tourisme, Mohamed Moez Belhassine, a donné récemment le coup d’envoi de la deuxième phase du projet de développement du tourisme d’aventure et de plein air en Tunisie (Aotd) lors d’un atelier de travail qui a réuni des entrepreneurs, des entreprises et des associations venus de différentes régions pour faire part de leurs expériences en ce domaine spécifique du tourisme alternatif.

Atta met à disposition son expertise

Mis en œuvre par l’Adventure Travel Trade Association Atta, un des plus grands réseaux mondiaux de leaders professionnels du voyage d’aventure, en partenariat avec la GIZ Tunisie et le ministère du Tourisme, le projet Aotd est soutenu par le programme “Promotion du tourisme durable” qui est une action conjointe de l’Union européenne et du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ). Il vise à développer des produits touristiques durables d’aventure et en plein air et à créer des liens commerciaux entre les prestataires de services touristiques et les marchés internationaux. En effet, l’association Atta, qui est présente dans 99 pays et qui compte plus de 40 mille membres, y compris des tour-opérateurs et des offices de tourisme, met à disposition son savoir-faire et son réseau de professionnels pour appuyer et mener à bien le nouveau projet Aotd.

Manel Kelig, directrice régionale de la région Mena de l’adventure Travel Trade Association, a, à cet égard, affirmé que le tourisme d’aventure et de plein air est un secteur en pleine croissance. Elle a ajouté que la Tunisie, grâce à la richesse de ses ressources naturelles, est une destination compétitive qui peut amplement profiter de ce produit de niche. Soulignant que le nombre d’emplois créés par le tourisme d’aventure est 2 fois supérieur à celui créé par le tourisme de masse, Kelig a fait savoir que le rôle d’Atta est d’aider les porteurs de projet souhaitant se lancer dans cette filière touristique à créer une expérience touristique significative qui respecte les communautés locales.

Pour ce faire, un appel à projets, marquant le démarrage de la première phase d’Aotd, a été lancé afin de permettre à des entrepreneurs, entreprises et associations installés à Tozeur, Zaghouan, Mahdia, le Kef et dans d’autres régions du Nord-Ouest de bénéficier de sessions de formation et de coaching visant à développer leurs compétences dans le domaine du tourisme d’aventure. 25 candidats ont été sélectionnés pour intégrer cette première phase dont les cycles de formation débuteront le 27 octobre. Grâce à l’appui de l’Atta, les candidats retenus vont pouvoir, également, accéder, lors de cette première phase, à une meilleure visibilité auprès des agences de voyages et des tour-opérateurs du marché national et international. Cette phase prendra fin en mars 2023 avec une deuxième sélection qui retiendra 12 promoteurs parmi les 25 premiers. Ces promoteurs vont bénéficier d’un soutien matériel et financier leur permettant de démarrer concrètement leurs projets.

Un axe de diversification de l’offre

Donnant le coup d’envoi de la deuxième phase de l’Aotd, Belhassine a indiqué que le tourisme d’aventure et de plein air constitue un moteur de croissance économique et de développement régional et est un axe de diversification de l’offre touristique qui balise la voie à un tourisme durable, «en parfaite symbiose avec son milieu naturel, culturel et humain». Pour le ministre du Tourisme, la Tunisie, grâce à sa richesse naturelle et culturelle, dispose de tous les atouts lui permettant de développer un tourisme alternatif, durable et inclusif. Il a ajouté que le département du tourisme travaille de concert avec ses partenaires pour améliorer le positionnement de la destination Tunisie et lui donner une nouvelle image tournée vers la nature. Il a, par ailleurs, rappelé que la vision du tourisme à l’horizon de 2035 tend à valoriser plusieurs produits touristiques, dont les déclinaisons sont porteuses de durabilité et de haute valeur ajoutée, répondant ainsi aux nouveaux besoins des touristes d’aujourd’hui et de demain.

Les Tunisiens sont mordus de randonnées

De son côté, Kamel Deguiche, ministre de la Jeunesse et des Sports, a fait savoir que la randonnée est le deuxième sport pratiqué par les Tunisiens, après le football. En effet, plus de 15% des Tunisiens sont mordus de randonnées et s’y adonnent régulièrement. Précisant que le 29 mai a été établi comme Journée nationale de la randonnée, Deguiche a rappelé que le tourisme sportif est régi par un cadre réglementaire qui a été instauré en 2005. Il a appelé, en ce sens, les jeunes à investir dans ce domaine et à faire appel à l’expertise et au savoir-faire des autorités compétentes pour les aider à lancer leurs projets.

Katrin Gerhard, cheffe de composante du projet “Promotion du tourisme durable” de la GIZ, a, à son tour, affirmé que les jeunes entrepreneurs tunisiens voient en le tourisme outdoor un important potentiel. Elle a fait savoir que, dans le cadre de ce projet Aotd, la GIZ est en train de réfléchir sur “une route randonnée” qui sillonne toute la Tunisie et qui peut être un produit qui fera mouche auprès des randonneurs tunisiens et étrangers. Elle a, en outre, souligné que l’Aotd vise à dynamiser les DMO dans les quatre régions ciblées par le projet et à y créer une synergie et une dynamique entre les parties prenantes.

Charger plus d'articles
Charger plus dans Supplément Economique

Laisser un commentaire