Zarzis | Manifestation de parents et proches des disparus en mer : Libération des douze personnes arrêtées

 

Face au blocage de la route, un jet de pierre, probablement d’un mineur, ou encore d’une personne inconsciente, a poussé les forces de l’ordre à recourir aux bombes lacrymogènes qui ont fusé de partout et de façon anarchique.

Vendredi 18 novembre 2022, des centaines de véhicules chargés de citoyens ont pris le départ de la zone franche de Zarzis à destination de Djerba. Ceux qui étaient à bord sont descendus, comme prévu, à Oglet Amor, une localité distante de 6 km de la chaussée romaine, pour continuer leur marche pacifique vers Djerba où se tient le 18e Sommet de la Francophonie.

Mais la route était bloquée par un nombre impressionnant de forces de sécurité empêchant le passage des manifestants, dont le nombre avait augmenté au fur et à mesure.

Face au blocage de la route, un jet de pierre, probablement d’un mineur, ou encore d’une personne inconsciente, a poussé les forces de l’ordre à recourir aux bombes lacrymogènes qui ont fusé de partout et de façon anarchique.

Des personnes ont été asphyxiées et transportées à l’hôpital régional de la ville dans des voitures privées ou dans le véhicule de la Protection civile.

De même et pour faire face à la provocation de certains jeunes au centre de Zarzis, les agents de la garde maritime ont réagi avec excès, en recourant, eux aussi, aux bombes à gaz qui ont fait mal aux personnes âgées, sorties pour le souk hebdomadaire ou pour la prière du vendredi.

Les affrontements ont pris de l’ampleur l’après-midi. La situation devenait difficile à maîtriser et on ne sait pas ce que cache les prochains jours.

Enfin, nous avons appris que les douze personnes qui ont été arrêtées par les forces de l’ordre au niveau de la route menant à Djerba ont été libérées.

Laisser un commentaire