L’Apii a présenté les grandes lignes de sa stratégie industrielle et d’innovation à l’horizon 2035 qui tend à réaliser les dernières étapes de la conversion à une industrie 4.0, tout en respectant les normes en vigueur en matière de décarbonisation et autres responsabilités sociétales et environnementales. Un défi à relever d’urgence!

L’Agence de promotion de l’industrie et de l’innovation (Apii) menée par son directeur général, Omar Bouzouada, a célébré hier son cinquantenaire en une journée d’échange baptisée «Imagine, innovate, invest», et ce, en présence de plusieurs partenaires gouvernementaux et privés dont les centrales patronales et syndicales, ainsi que d’autres organismes d’appui à l’investissement et à l’innovation dans divers secteurs. Outre les ministres de l’Industrie, des Mines et de l’Energie, Mme Neila Nouira Gongi, des Finances, Mme Sihem Boughdiri Nemsia, et de l’Economie et de la Planification, Samir Saïed, nombre de personnalités ont participé à la cérémonie, dont le président de l’Utica, Samir Majoul, le secrétaire général adjoint de l’Ugtt, Monem Amira, le gouverneur de Tunis, Kamel Fekih, et la maire de Tunis, Souad Ben Abderrahim, ainsi que des ambassadeurs et représentants d’organisations internationales actives dans le domaine du soutien aux écosystèmes industriels et technologiques ainsi que de l’entrepreneuriat.  

L’événement a permis de rappeler le rôle important que joue l’Apii dans la mise en œuvre de la politique de l’Etat relative à la promotion du secteur industriel. L’organisme se veut une structure d’appui au service des entreprises et des promoteurs, et offre ses prestations à partir de son siège à Tunis et de ses 24 représentations régionales et plus de 17 guichets uniques dispatchés dans plusieurs régions, outre les différents centres entre autres d’appui, d’accompagnement et d’innovation technologique. D’ailleurs, l’une de ses principales missions consiste promouvoir de l’innovation et la créativité, à part les missions d’aide à la création d’entreprises notamment dédiée aux jeunes entrepreneurs, de formation orientée et de soutien au financement. 

Maints défis à relever 

Cette célébration du cinquantenaire de l’Apii a été placée sous le haut patronage de la Cheffe du gouvernement, Najla Bouden. Et en marge de cette journée, un workshop «investir pour un développement durable» a été consacré à un échange autour du développement du secteur industriel, notamment relation avec les problématiques énergétiques, environnementales et autres innovations technologiques et défis géopolitiques qui prédominent sur la scène internationale. 

Aussi, l’on a présenté « la stratégie industrielle et d’innovation horizon 2035 », tout en mettant en évidence le rôle des structures d’appui dans la décarbonation, un défi planétaire majeur. Un sujet sur lequel le directeur général de l’Agence nationale pour la maîtrise de l’énergie, Fethi Hanchi, a donné une lecture de l’état des lieux, avec une maîtrise de l’énergie largement saluée par différents organismes internationaux, mais des perspectives qui, selon lui, nécessitent des investissements de l’ordre de plus de onze milliards de dollars pour aboutir à une décarbonation dans des normes soutenables. Il a à cette occasion appelé les organismes nationaux acteurs dans ce secteur à converger leurs efforts de financement afin de réaliser cet objectif majeur et déterminent quant au développement d’une industrie innovante et respectueuse des écosystèmes et des normes en matière d’environnement et d’économie d’énergie.

En marge de cette journée, on a procédé au lancement de la plateforme de base de données des entreprises des secteurs des composants automobiles et aéronautiques, ainsi que de la plateforme d’autodiagnostic innovation. Plusieurs recommandations ont émané des échanges et du workshop organisé autour de l’investissement pour un développement durable. L’on cite la nécessité urgente de la digitalisation du cadre d’appui à l’investissement, le renforcement des secteurs porteurs, notamment technologiques, l’amélioration de l’efficience du secteur d’appui aux promoteurs, l’instauration d’une plateforme digitale unique pour le traitement des primes à l’investissement et des autorisations, la libéralisation des activités économiques et de l’investissement, l’activation de la stratégie nationale de décarbonisation et celle industrielle et d’innovation Horizon 2035, l’activation urgente de la transition énergétique… Tant de défis et d’objectifs contenus dans ces recommandations, et comme l’ont souligné plusieurs intervenants, il faudra une conjugaison des efforts de recherche et d’investissement du privé et du public, outre la recherche de soutien financier extérieur pour commencer ces chantiers… 

Charger plus d'articles
Charger plus par Nizar Hajbi
Charger plus dans Actualités

Laisser un commentaire