La séance d’ouverture verra la projection en première mondiale de la version restaurée du film «Zohra» en ciné-concert.

La 7e édition de la manifestation «Ciné-Musée» se tiendra du 11 au 13 décembre 2022 à Sousse. Une édition spéciale qui tombe à pic avec le centenaire du premier film tunisien de fiction «Zohra». Sorti dans les salles le 21 décembre 1922, «Zohra» fut réalisé par Samama Chikli, pionnier du cinéma tunisien.

L’association «Ciné-Sud Patrimoine» fêtera ce centenaire en rendant hommage dans l’édition 2022 de «Ciné-Musée» à Samama Chikli. Ainsi le programme révèle des films en Ciné-Concert, des expositions photographiques ainsi qu’un séminaire et deux workshops.

Mohamed Challouf, cinéaste, membre fondateur de l’association «Ciné-Sud Patrimoine» qui organise la manifestation et directeur artistique de «Ciné-Musée 2022», a dévoilé les grandes lignes du programme de cette édition spéciale.

Des ciné-concerts seront proposés lors des cérémonies d’ouverture et de clôture qui auront lieu à la salle des spectacles de l’Institut supérieur de musique (ISM) de Sousse.

Jaouida Tamzali, qui est la petite-fille de Samama Chikli et fille de l’actrice principale du film Haidè Tamzali, considérée comme la première actrice de cinéma de tout le monde arabe, assistera à la séance d’ouverture qui verra la projection en première mondiale de la version restaurée du film «Zohra» en ciné-concert.

En effet, la projection sera accompagnée par une performance du pianiste belge, Jean Luc Poulvier, avec la participation de quelques étudiants de l’Institut supérieur de musique de Sousse.

«La nouvelle version de ‘‘Zohra’’, complétée et restaurée par la Cinémathèque de Bologne, dure désormais 20 minutes car la lecture d’une copie du scénario a permis à l’équipe de Bologne de rajouter des photos du tournage à la version incomplète et fragmentée connue par le grand public et qui avait une durée de 9 minutes sur un moyen-métrage de fiction qui, dans sa version originale de 1922, avait une durée de plus de trente minutes», notent les organisateurs.

«D’autres films du pionnier Chikli seront aussi des surprises à découvrir par les spectateurs de la 7° session de Ciné-Musée», nous annonce-t-on.

La cérémonie de clôture prévoit la projection en ciné-concert d’un autre film sorti dans les salles en 1922. Il s’agit du documentaire «Nanook l’Esquimau» (Nanook of the North), réalisé par Robert Joseph Flaherty. Ce film, qui est une coproduction entre les Etats-Unis, la France et le Canada, s’intéresse à la vie des Esquimaux Inuits du Canada et est considéré comme le premier documentaire de l’histoire du Cinéma.

Le volet musical de ce ciné-concert sera assuré par la formation de la soirée d’ouverture enrichie par la participation exceptionnelle de la musicienne italienne, Francesca Badalini.

«Ciné-Musée» prévoit également un hommage à Frantz Fanon (1925-1961), avec la projection du dernier film de Mehdi Lallaoui «Sur les traces de Frantz Fanon» qui aura lieu, le 12 décembre 2022 à 14h30, à l’auditorium de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Sousse. Cette première tunisienne du film sera suivie par une rencontre-débat avec le réalisateur du film et Kmar Bendana, professeur d’histoire contemporaine.

Mehdi Lallaoui est un réalisateur franco-algérien et auteur d’une quarantaine de documentaires. Son dernier film, dont la durée est de 1 heure et 30 minutes, part sur les traces de Frantz Fanon, penseur et psychiatre français d’origine martiniquaise qui était fortement engagé dans les luttes anticolonialistes.

Après sa première à «Cannes Classics 2022», la version restaurée du film «Viva la Muerte», réalisé en 1971 par Fernando Arrabal, sera projetée en première tunisienne en présence du réalisateur et du directeur de la Cinémathèque de Toulouse qui est derrière la restauration de ce long-métrage de fiction avec le soutien du ministère tunisien des Affaires culturelles et de Fernando Arrabal.

Cette première tunisienne se tiendra, le 12 décembre 2022 à 18h00, à la Salle des projections du Complexe culturel de Sousse, en présence de l’équipe artistique tunisienne du film, entre autres, Mehdi Chaouech (acteur principal), Férid Boughedir (premier assistant-réalisateur), Hassen Daldoul (producteur exécutif), Mohsen Marzouk (chef décorateur), Abdellatif Ben Ammar (réalisateur du making-off).

Le «Centenaire du cinéma tunisien» sera aussi au cœur d’une exposition en deux parties, prévue au Complexe culturel de Sousse du 12 au 31 décembre. La première propose des photos et des documents inédits sur le film «Zohra» ainsi que sur l’univers de Samama Chikli, un exceptionnel patrimoine photographique et cinématographique à (re) découvrir.

Le second thème de l’exposition sera dédié à «Rossellini, Hergla et le Cinéma». A travers des photos de tournage  prises en 1968 par l’Italien Carlo Fioretti, ancien caméraman et directeur de photo, on part en voyage dans le passé des années 1960 ; un clin d’œil à Hergla, Sousse et Takrouna qui ont abrité de plateaux de tournage de grands maîtres du cinéma mondial, tel l’Italien Roberto Rossellini.

Au menu, également, un séminaire sur «les débuts du cinéma en Tunisie» qui sera abrité, le 12 décembre à 10h00, par la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Sousse et organisé en partenariat avec le Laboratoire-patrimoine de la Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de La Mannouba. Cinq universitaires y feront des interventions : Morgan Corriou, Maya Ben Ayed, Inès Ouertani, Faten Bouchrara et Tarak Mahdhaoui.

Deux workshops de formation technique et artistique seront aussi au programme de cette édition des 100 ans du Cinéma tunisien.

Le premier atelier se penchera sur le thème «Reconstruction d’un fond photographique et cinématographique : l’univers de Samama Chikli / Le rôle transnational des cinémathèques dans la préservation et le partage du patrimoine commun». Il sera dirigé par trois expertes de la cinémathèque de Bologne à savoir, Mesdames Cecilia Cenciarelli, Mariann Lewinsky et Elena Correra.

Le second workshop aura comme sujet «l’écriture et l’improvisation musicale pour le cinéma muet…» et sera animé par deux pianistes qui ont beaucoup travaillé dans ce domaine : l’Italienne Francesca Badalini et le Belge Jean-Luc Plouvier.

Cette édition du «Ciné-musée» est organisée par l’association «Ciné-Sud patrimoine», avec le soutien du ministère des Affaires culturelles, du Centre national du cinéma et de l’image (Cnci), de l’Institut italien de la culture de Tunis, de la Délégation régionale des affaires culturelles de Sousse, de la Direction générale des arts scéniques et audiovisuels, de la Cinémathèque tunisienne et des Cinémathèques de Bologne (Italie) et de Toulouse (France).

La Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de l’université de La Manouba (Laboratoire du Patrimoine), la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de Sousse, l’Institut supérieur de musique de Sousse et l’Institut des Beaux-Arts de Sousse, l’Ecole supérieure de l’audiovisuel et du cinéma de Gammarth, l’Association de recherches et des études en mémoire de Sousse et l’Association des étudiants et stagiaires africains en Tunisie (section de Sousse) sont les partenaires de cette édition qui s’annonce très prometteuse.

Charger plus d'articles
Charger plus par Meysem MARROUKI
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire