Le bureau directeur peine à se projeter…
Il est vrai que l’équipe a assuré son maintien avant quelques journées de la fin de la saison. Les fans aghlabides espéraient que les dirigeants se remettent au travail pour remettre les pendules à l’heure et préparer le prochain exercice dans les meilleures conditions, à commencer par le choix du nouvel entraîneur, la régularisation de la situation administrative des joueurs et lancer la recherche des éléments à recruter. En revanche, les dirigeants n’ont pas donné un signe de vie. Le président du club a expliqué ce retard par les soucis budgétaires et le retard de virement des ressources monétaires du secteur public et l’absence de soutien de la part des fans aghlabides notamment les hommes d’affaires à Kairouan ou ailleurs.

Céder pour survivre !

Comme chaque saison, le club aghlabide se trouve dans l’obligation de transférer l’un de ses  jeunes talents pour honorer ses engagements. La saison écoulée, le jeune attaquant Ouassma Bouguerra a accaparé l’attention de plusieurs équipes et les agents se sont précipités pour réussir un transfert probable. Cependant, le joueur a préféré évoluer avec une équipe française de D2. Il a demandé la résiliation de son contrat  via un huissier vu qu’il n’a pas perçu de salaire depuis plus de trois mois. Cette  situation a embarrassé les responsables puisque l’échec de vendre ce joueur a chambardé les projets des dirigeants. Certains proches ont affirmé que des propositions sont  parvenues au club pour le transfert  les jeunes joueurs de la section basketball, Dhif et Jaouadi. Ces rumeurs ont provoqué la colère des supporters vu les qualités de ces deux joueurs et leurs bonnes prestations, cette saison. Les fans aghlabides exigent des solutions urgentes pour dépasser cette traversée du désert sans le recours aux transferts de joueurs.

Rassembler et unir les forces vives

Les supporters aghlabides ont appelé les membres du bureau de la JSK à faire appel à l’expérience des anciens dirigeants pour relancer une stratégie du club pour l’avenir notamment au niveau budgétaire et administratif. En effet, la Chabiba a besoin de la présence de ses enfants pour éviter le répétition des mêmes bévues administratives de chaque saison qui ont provoqué le départ de plusieurs joueurs comme Kalai, Munduga, Sylla et Laâmari depuis deux saisons puis la fuite des Bacha, Sassi, Zaidi, Bouguerra et Salhi à la fin de la saison écoulée sans en tirer un profit monétaire de leurs transferts. Le club  doit établir un projet pour l’avenir afin d’éviter cette instabilité de l’effectif à cause la pénurie de la formation de jeunes capables de renforcer les seniors et éviter les recrutements qui coûtent cher.

Mohamed Sahbi CHAFRA

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire