Ce soir spectacle «Le petit chaperon rouge» du Pôle Ballet et Arts Chorégraphiques du Théâtre de l’Opéra de Tunis : Le conte de Perrault revisité !

Le spectacle de clôture des ateliers de danse, inspiré du conte de Charles Perrault «Le Petit Chaperon Rouge», dirigé par Meriam Ferchichi, aura lieu ce soir à partir de 19h00 au Théâtre des Régions à la Cité de la culture.
Qui ne connaît pas le Petit Chaperon rouge ? « Tire la chevillette, la bobinette cherra. » Et le loup entre chez la mère-grand… Ce suspense a accompagné le conte de notre enfance.
Le conte du Petit Chaperon rouge nous est familier dans deux versions différentes et quelque peu opposées, celle de Charles Perrault et celle, plus récente et plus optimiste, de Jacob et Wilhelm Grimm. Alors que le loup de Perrault n’est pas dérangé dans sa digestion, la version des frères Grimm se termine en effet sur le “happy end” de la délivrance du Petit Chaperon rouge et de sa grand-mère par un chasseur providentiel. Cependant, le conte existait avant d’être écrit par Charles Perrault, et il a continué à être transmis oralement, dans des versions autonomes ou mixant de différentes façons versions orales, versions écrites et mis en scène par plusieurs artistes et chorégraphes.
Les jeunes et les moins jeunes spectateurs auront l’occasion de découvrir ce soir, à 19h00, au Théâtre des Régions à la Cité de la Culture, une nouvelle version de ce conte incontournable à travers le spectacle de clôture du Danse Lab Studio du Pôle Ballet et Arts Chorégraphiques du Théâtre de l’Opéra de Tunis, dirigé par Meriem Ferchichi, chorégraphié par Lokmen Trabelsi, Manel Dridi, Oxana Kuzmina Ben Achour, Tatiana Brejneva Barkache, Wael Merghni.
A travers la danse et le théâtre, l’adaptation en ballet du Petit Chaperon rouge plongera le spectateur au cœur d’un univers fascinant. L’orée du bois est le lieu de toutes les curiosités : la rencontre du loup, le spectacle du berger et le bûcheron à l’ouvrage accompagnent le chemin de la fillette au gré des rythmes, sonorités et humeurs de la musique.
La maison de la grand-mère est le lieu qui fait place au merveilleux et aux débordements de l’imaginaire, mais aussi à la tromperie du mensonge et à la naïveté de l’insouciance. Construit comme un moment agréable et didactique, ce conte voit le corps et le mouvement comme vecteurs de sa morale. Un spectacle à découvrir !

Laisser un commentaire