Invaincue en phase de groupe de C3, l’USM entend se maintenir à flot à la réception des gars de Lubumbashi, cet après-midi, au stade Hamadi-Agrebi de Radès.

Deux succès de rang, dont un face au TP Mazembe justement, en déplacement, et une parité au Mali contre le Real Bamako, les Bleus ont jusque-là affiché leurs ambitions, même dès les premières salves de la compétition, lors de leur entrée en matière face aux Tanzaniens de Young African. Les indicateurs sont donc au vert pour l’équipe du Serbe Darko Novic, et l’exercice continental est en l’état réjouissant et emballant.

Aujourd’hui donc, ce serait comme qui dirait «le match de la confirmation » pour un onze qui a, au fil des rencontres, toujours su caresser ce même espoir et vivre pleinement une réalité, celle de voir le jeu finir par l’emporter. Ces derniers temps, depuis deux saisons, pour les gars du Ribat, c’est forcément la fin du sevrage et le début d’une nouvelle aventure dont on ignore encore la fin, cependant…

Equipe concernée et collectif déterminé

Titre national raté de peu la saison passée, bourreau des grands depuis quelque temps et club placé aux avant-postes du warm-up du championnat récemment, l’USM est sur-analysée, étant donné les frissons que les Bleus procurent depuis plus de deux années. Et pour Monastir, le match de cet après-midi sera assurément celui des sensations, des premières conclusions, peut-être trop hâtives (les demies dans les pensées), bref, tout ce qui fait aussi le charme d’une histoire qui doit s’écrire pendant 90’, en espérant que la fête prendra le dessus à terme.

Avec une cuvée exceptionnelle, en termes de spectacle, de jeu, et même de suspense, l’USM d’Ousmane Ouattara, Zied Aloui, Saghraoui, Chikhaoui, Mhirsi, Houssem Tka, Alâa Dridi, Hichem Baccar, le tout articulé autour de l’excellent portier Ben Saïd, a des atouts à faire valoir. Reste maintenant à savoir si la promesse de retrouver une équipe concernée et un collectif déterminé sera respectée face au TP Mazembe, et ce, même en l’absence de Youssef Oumarou, blessé. Son absence laisse un grand vide étant ses qualités de milieu récupérateur et aussi relanceur, le barycentre de l’USM. Guesmi et Dridi auront beaucoup à faire pour colmater l’absence d’Oumarou.

Charger plus d'articles
Charger plus par Khaled KHOUINI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire