AHK FIESP – Textile : Un projet d’accompagnement et de formation

 

C’est un projet qui accompagne les entreprises tunisiennes du secteur du textile et qui vise à améliorer les compétences de leurs employés à travers un large cursus de formation technique et managérial adapté.

La Chambre tuniso-allemande de l’industrie et du commerce (AHK) vient de lancer le projet AHK FIES, qui entre dans le cadre de la composante II du projet Fiesp (Formation inter-entreprises avec le secteur privé), mandaté par le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) et mis en œuvre par la GIZ Tunisie, en étroite coopération avec le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, intitulée «Appui à la mise en place de centres de formation interentreprises».

120 employés formés

Il s’agit en fait d’un cursus de formation, débuté le 24 octobre 2022 et achevé le 16 mars 2023 et qui a touché 120 employés émanant d’une cinquantaine d’entreprises des trois régions cibles, à savoir le Grand Tunis, le Cap-Bon et Sfax. Les employés des quatre centres Atfp (Csfh Manouba, Csfh Ras Tabia, CFA Kélibia, Csfh Med Ali Sfax) partenaires ainsi que des cadres de l’Atfp ont également participé à ces formations. Tout au long de ce cursus, le programme est composé de 6 jours de formation en HR Management (Gender diversity management, Gestion du climat social et Employer branding), 6 jours de formation en Innovation & Digitalisation (Design thinking, Strategic & innovation management, et Industrie 4.0), 13 jours de formation en leadership (Agilité, gestion de crise, conduite de changement, résilience et Debrief).

L’industrie 4.0 au programme

Trois cabinets ont été sélectionnés pour assurer ces formations et répondre aux besoins des participants évoluant dans ce domaine du textile.

Pour la formation «HR Management», Mme Sonia Ben Yahia a souligné que tout au long de ce cursus de formation qui s’inscrit dans le cadre du Projet AHK fiesp, on a abordé trois modules qui sont très intéressants pour les entreprises des trois régions cibles.

«D’ailleurs, les groupes d’apprenants étaient assez homogènes et on a pu bien avancer avec eux, notamment dans les sujets très particuliers et un peu élitistes… Cette formation vise principalement la montée en compétences des apprenants, c’est-à-dire l’acquisition de nouvelles aptitudes leur permettant de mieux gérer leur mission», a-t-elle ajouté.

Pour la formation «Innovation & Digitalisation», M. Karim Memmi a affirmé que le cursus de formation dans sa globalité était très intéressant, notamment le thème Innovation & Digitalisation qui demeure aujourd’hui primordial.

«Vu qu’il s’agit d’un nouveau domaine d’activité dans le secteur du textile, nous avons constaté que parmi les apprenants, il y avait une seule entreprise qui est un peu avancée dans l’industrie 4.0. Pour cette raison, cette formation était très pertinente et fructueuse pour les entreprises partenaires. En fait, nous avons opté pour un nouveau concept à partir duquel les apprenants ont démontré leur créativité et leur intérêt. Et nous avons apporté tous les outils nécessaires pour réaliser un travail stratégique. Nous avons, également, misé sur la sensibilisation, les études de cas et la pratique», a-t-il souligné.

Mêmes problématiques

Commentant les retombées de la formation préconisée dans le domaine «leadership», l’experte Nawel Khbou a déclaré que, globalement, on a constaté qu’indépendamment de la région, le secteur du textile souffre des mêmes problématiques, à savoir la communication, la hiérarchie… Et le leadership est moyennement présent. Et c’est là l’importance de ce genre de formation.

«Nous avons bien apprécié la dynamique créée entre les entreprises et les centres. Il faut d’ailleurs bâtir là-dessus. Et de notre côté, nous n’avons pas mis l’accent seulement sur la partie technique dans cette formation, mais nous avons inséré des activités ludiques importantes dans chaque module», a-t-elle ajouté. 

Ainsi s’achève le cursus de formation dédié aux entreprises partenaires du domaine du textile pour laisser place maintenant aux épreuves pratiques (mise à l’épreuve) des jeunes apprenants au sein des centres de l’Atfp partenaires du projet.

Laisser un commentaire