En plein pèlerinage de la Ghriba : Quatre morts dans une fusillade à Djerba

L’assaillant, un sécuritaire qui a tué son collègue en faisant usage de son pistolet de service, s’est procuré une mitraillette et des munitions au poste maritime de la Garde nationale à Aghir, a été abattu par les forces de l’ordre.

L’île de Djerba, fleuron du tourisme tunisien, qui vivait au rythme du pèlerinage juif de la Ghriba, a connu hier un attentat terroriste qui a fait quatre morts y compris l’auteur de l’acte criminel.

Dans un communiqué le Ministère de l’Intérieur a indiqué qu’un agent de police a « tué son collègue, mardi soir au poste maritime de la Garde Nationale au port d’Aghir à Djerba, en faisant usage de son arme individuelle et en saisissant des munitions ». L’auteur qui enfilait un gilet pare-balles est monté à bord d’un quad de police et a ensuite « tenté de rejoindre la synagogue de la Ghriba et a délibérément ouvert le feu sans discernement sur les unités de sécurité stationnées sur place, qui ont riposté et ont fini par l’abattre avant de pouvoir pénétrer dans la synagogue.

En plus de l’agent tombé en martyr, l’on déplore toujours selon le ministère de l’Intérieur, deux morts parmi les visiteurs du pèlerinage de la Ghriba, 06 agents de sécurité touchés, 04 autres personnes blessées. Tous les blessés ont été ont été transportés à l’hôpital pour y recevoir les soins nécessaires. Leurs blessures sont jugées plus ou moins graves.

Le secteur de la synagogue a été bouclé par les forces de l’ordre, ses espaces intérieurs et extérieurs, sécurisés et la situation est en main, selon le communiqué du ministère de l’intérieur. Une enquête a été ouverte et les recherches se poursuivent pour connaitre « les raisons de cette attaque perfide et lâche », souligne le communiqué.

Dans une déclaration à la chaine télé El Watania, Perez Trabelsi, président de l’Association de la synagogue d’El Ghriba, a affirmé que « les forces de l’ordre ont bien géré la situation et ont confiné les pèlerins dans la synagogue d’El Ghriba pour leur protection. ». Il a ajouté que « l’île de Djerba a retrouvé son calme ».

En effet, les forces de sécurité ont réussi à éviter un bilan qui aurait pu être plus sanglant et plus lourd étant donné le nombre élevé de visiteurs (plus de 7000) pour le pèlerinage de la Ghriba.

Dans une déclaration du Quai d’Orsay, la France a indiqué avoir appris « avec consternation et une profonde tristesse l’attentat perpétré à Djerba, dans la synagogue de la Ghriba, qui a couté la vie à quatre personnes dont un compatriote, ainsi que des fidèles et des membres des forces de sécurité tunisiennes ».

Paris condamne avec la plus grande fermeté cet acte odieux » et adresse ses plus sincères condoléances aux familles des victimes et exprime toute sa solidarité avec « le peuple tunisien et les autorités tunisiennes. Notre ambassade et nos services sont mobilisés pour apporter leur soutien à la famille de notre compatriote et à nos concitoyens affectés par cette attaque ».

La France a également saluée « l’intervention rapide des forces de sécurité tunisiennes » et se tient « aux côtés de la Tunisie pour poursuivre la lutte contre l’antisémitisme et toutes les formes de fanatisme » indique le communiqué.

Il convient de rappeler que les réseaux sociaux ont relayé l’information sur un échange de tirs au port de l’île et plusieurs internautes présents sur les lieux au moment de l’attentat, ont posté des vidéos de scènes de chaos et de peur parmi les pèlerins et montrant la promptitude des forces de sécurité pour les protéger. Il convient aussi de rappeler que cet acte odieux perpétré pendant un pèlerinage annuel juif, fait écho à l’attentat-suicide qui avait fait 21 morts dans cette même synagogue en 2002.

Laisser un commentaire