Ligue 1 | 8e journée – EST-USBG (2-0) : La volonté récompensée…

 

Les “Sang et Or” étaient si déterminés à crier victoire qu’ils ont fini par obtenir gain de cause face à un adversaire qui s’est contenté de défendre. Les Benguerdanais, passifs, ne devraient en vouloir qu’à eux-mêmes.

Stade olympique Hammadi-Agrebi de Radès. EST bat USBG : 2-0. (0-0 à la mi-temps). Buts d’Anis Badri (80’) et Farouk Mimouni (86’). Arbitre central : Haythme Kossai. Arbitre (VAR) : Aymen Nasri.

EST : Debchi, Tougai, Coulibaly, Machmoum (Ben Ali 73’), Ben Hamida, El Ayeb (Mimouni 73’), Zaddem (Yaâkoubi 90’+1), Ben Romdhane, El Houni, Abu Zraiq (Badri 46’) et Berrima (Ben Hammouda 46’).

USBG : Labidi, Zghada, Jouini, Ben Khadher, Chaabane (Zaidi 60’), Ben Hassen, Hadj Ali, Messaï, Banga, Oudji et Kamergi (Mosrati 76’).

L’enceinte de Radès a accueilli hier après-midi le dernier match comptant pour la 8e journée des play-offs mettant aux prises l’EST et son hôte l’USBG, deux adversaires directs qui se partageaient le même nombre de points avec une troisième place à convoiter. Et si les “Sang et Or” se montraient entreprenants, les Benguerdanais ont joué plutôt la carte de la prudence en optant pour le bloc bas et en tentant leur chance quand l’occasion se présentait à l’image de la grosse frappe repoussée par Debchi à la 11”.

Les Espérantistes, eux, ont dominé stérilement les débats durant la première mi-temps puisqu’ils ont eu du mal à aller au bout de leurs actions offensives et ce, à cause de l’attroupement des joueurs adverses dans leur zone de réparation.

Faysal Abu Zraiq s’est bien démené pour trouver des solutions en vue de déverrouiller la défense adverse, mais ses infiltrations et ses centrages de la droite n’ont pas eu l’effet escompté à l’image de son centrage à la 21’ repris deux fois, mais les deux frappes ont été repoussées par le gardien adverse, Ahmed Labidi. La suite des débats durant la première mi-temps s’est poursuivie à sens unique : les Espérantistes qui attaquaient et les Bengurdanais qui se contentaient de défendre.

Des changements gagnants

A la mi-temps, le coach “sang et or” a opéré deux changements simultanés en incorporant Badri et Ben Hammouda respectivement à la place d’Abu Zraiq et Berrima. Les changements opérés par Mouine Chaâbani avaient pour but d’apporter de la percussion qui a manqué à l’attaque tout au long de la période initiale malgré tous les efforts fournis par le Jordanien Abu Zraiq en particulier. Avec ces changements, l’attaque espérantiste a pressé davantage la défense adverse. En témoignent les deux coups francs directs obtenus successivement en l’espace d’une minute, mais à chaque fois, la défense benguerdanaise s’est interposée aux frappes de Ben Romdhane (49’ et 50’).

Cinq minutes plus tard, on assista à l’occasion la plus dangereuse depuis l’entame du match quand Ben Hammouda reprit de la tête, mais légèrement au-dessus de la transversale (59’). Le même Ben Romdhane est revenu à la charge huit minutes après en tentant un tir des 25 mètres, mais sa balle frôla la transversale (67’). 

Les Espérantistes ont fini par obtenir gain de cause et la carte jouée par Mouine Chaâbani en deuxième mi-temps s’est avérée gagnante. En effet, c’est Farouk Mimouni qui se faufila sur la gauche, dribbla le latéral droit adverse avant d’adresser un centre parfait pour Anis Badri qui, d’un tir cadré, logea la balle dans les filets de Labid (80’).

Et comme l’appétit vient en mangeant, Hamdou El Houni, se faufila sur la droite en pleine surface avant de servir sur un plateau Farouk Mimouni qui inscrivit le second but devant un Ahmed Labidi impuissant (86’).

Au coup de sifflet final, la volonté des “Sang et Or” a été récompensée par une victoire nette. Les Benguerdanais, qui n’ont rien entrepris ou presque, ne devraient en vouloir qu’à eux-mêmes.

Laisser un commentaire