Onze mois après sa visite au poste frontalier de Melloula, à Tabarka, le chef du gouvernement y est retourné hier pour inaugurer un duty free, la première concession du genre en Tunisie et en Afrique du Nord. Trois cents nouveaux postes d’emploi à la clé et un plan d’action portant sur des projets similaires pour le reste des postes frontaliers terrestres. Cette inauguration concrétise la pose de la première pierre de tout un processus d’humanisation et de promotion touristique de la zone en question, une région montagneuse, rurale, éloignée, mais qui ne manque pas d’atouts naturels

Pour une première, c’en est une. Un centre commercial à la frontière terrestre tuniso-algérienne au niveau de Melloula, gouvernorat de Jendouba (Nord-Ouest). Hors taxe, de surcroît. C’est-à-dire un poste frontière au sens propre du terme qui inspire à tout voyageur le sentiment d’être le bienvenu, qu’il est bien accueilli, et que ses besoins sont respectés. Enfin ! Il était temps. C’est une première pour les habitués de ce poste frontalier, Tunisiens et Algériens, qui se comptent par milliers, voire par millions. Une bonne nouvelle, surtout. Les frontières avec l’Algérie ont, de tout temps, souffert de précarité, d’abandon au niveau de l’aménagement et des services. Le climat y est rude été comme hiver en l’absence de toutes sortes de commodités. Les voyageurs y manquent de tout : eau potable, sanitaires, salles d’attente et même abri pour se protéger du grand froid ou de la canicule. Pour tout voyageur, satisfaire un besoin urgent relève de la gageure. Le manque d’intérêt pendant des décennies pour ce passage frontalier, situé dans une zone rurale, loin de tout, a toujours suscité déception et frustration chez les voyageurs, qui se déplacent très souvent en famille, qu’ils soient tunisiens, algériens ou autres, surtout en période de vacances, quand les files d’attente s’étalent sur des kilomètres et que les formalités prennent des heures. Malgré tout, les touristes algériens n’ont jamais cessé d’affluer vers le territoire tunisien pour y passer des vacances, faire des affaires ou pour se faire soigner. Ils étaient là même dans les pires moments, dans les années du terrorisme. Les agents et officiers de la douane et ceux de la police frontière ne sont pas mieux lotis. Les conditions de travail y sont rudes, inacceptables. Une situation paradoxale avec la mission dont ils ont la charge au niveau de ce point de passage stratégique entre les deux pays et très fréquenté. A ce jour, 1,2 million de passages ont été enregistrés depuis le début de l’année, enregistrant une augmentation de 15% du nombre de passages par le poste de Melloula. Ils étaient 2,2 millions en 2018, soit près de la moitié du flux de l’aéroport Tunis-Carthage. Des conditions de travail et de passage qui ont été observées, examinées et traitées après la visite du chef du gouvernement, Youssef Chahed, à ce passage frontalier de Melloula, accompagné du ministre de l’Intérieur, le 17 août 2018.

Une enveloppe de 19 MD pour l’aménagement du poste frontalier
Hier, le chef du gouvernement y est retourné pour inaugurer un duty free, la première concession du genre en Tunisie et en Afrique du Nord, déclarant à l’occasion qu’une enveloppe de 19 millions de dinars a été consacrée à l’aménagement et à l’amélioration de ce poste frontalier et que l’ouverture de ce duty free contribuera à améliorer la qualité des services touristiques dans ce poste frontalier considéré comme un des plus grands passages terrestres entre la Tunisie et l’Algérie. La valeur des transactions qui transitent par ce poste frontalier a été estimée par Tarak Hamila, propriétaire du duty free, directeur général de YKH Holding, qui s’exprimait hier sur les ondes d’Express fm, à 120 millions de dinars par an. Chahed pose ainsi la première pierre de tout un processus d’humanisation et de promotion touristique de la zone en question, une région montagneuse qui ne manque pas d’atouts naturels malgré la rigueur du climat.
Dans sa déclaration aux médias, le chef du gouvernement a également précisé que le duty free fournira 300 nouveaux postes d’emploi et qu’il offrira l’opportunité aux artisans de la région d’exposer, de vendre et de promouvoir leurs produits. Sans oublier que ce projet de centre commercial hors taxe est appelé à renforcer les réserves en devises de l’Etat et à consolider l’approche sécuritaire en matière de lutte contre le terrorisme. Chahed a, par ailleurs, annoncé l’existence d’un plan d’action portant sur des projets similaires pour le reste des postes frontaliers avec le souci d’accélérer la cadence des réalisations afin de rendre les points de passage plus attractifs aux touristes algériens. Selon la Tap, un exposé a été présenté à cette occasion par des responsables de l’Office national des postes frontaliers terrestres. Selon les statistiques présentées, le nombre de touristes qui ont traversé les postes frontaliers, est passé d’un million en 2015 à 2,2 millions en 2018 (arrivées et départs). A l’horizon 2020, l’objectif est de séparer les aires des arrivées et celles des départs, comme c’est le cas chez les voisins algériens à quelques dizaines de mètres.

Charger plus d'articles
  • L’Ugtt revient à la raison

    Au terme de sa dernière commission administrative, réunie jeudi dernier, à trois jours de …
  • Pas avant les élections !

    Par Amel Zaïbi L’ARP a échoué, hier, pour la septième fois, à élire les trois membres rest…
  • Municipales à décoder

    Au moment où la classe politique, la société civile et l’élite intellectuelle se murent qu…
Charger plus par Amel ZAIBI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire