Le CSS réussit devant le CAB : L’essentiel, pour le moment…

Sans livrer un grand match, les Sfaxiens n’ont pas trop souffert pour engranger les trois points 

Ce qui compte le plus pour un match d’ouverture du championnat, c’est la victoire qui ouvre la voie à la confiance et à la sérénité. Qu’importe que ce succès soit construit avec ou sans la manière.  Surtout quand le calendrier offre cette chance de commencer la compétition à domicile.Nabil Kouki n’a pas laissé passer cette opportunité pour bien préparer mentalement son groupe pour ce duel face au CAB où le résultat était une priorité absolue.

La victoire par 2 buts à 0 a été la récompense de ce travail psychologique plus que physique et tactique.

En 15 jours, on ne peut pas demander plus, il faut dire. Surtout que ça n’a pas été facile et que l’approche de la rencontre a complètement changé avec cette décision de dernière minute d’écarter les cinq joueurs ivoiriens de la liste de ce match pour indiscipline (Koffi Constant Kouamé, Stéphane Gnaly, Elassane Doumbia, Diby Bérenger Gautier et Ariel Koffi).

Baraket Hmidi,  principal artisan du succès 

Du 3-5-2 pressenti au départ  avec Koffi Constant Kouamé comme tour d’ivoire d’une défense à trois, Nabil Kouki s’est vu obligé de passer au 4-4-2 losange avec deux joueurs de pointe, l’un comme numéro 9 classique ( Amen Allah Haboubi) et l’autre comme joueur de percussion sur le couloir droit ( Baraket Hmidi). Ces deux joueurs n’ont pas démérité et ont été à la hauteur de cette confiance.

Amen Allah Habboubi a ouvert la marque ( 36’) après une première demi- heure de jeu où le CAB a tenu bon avant de lâcher prise et Baraket Hmidi a été derrière l’action qui a amené ce premier but libérateur et l’a été aussi dans le deuxième but de la délivrance de Achraf Habbassi (79‘). Un match presque parfait de l’ex-prodige du Stade Gabésien qui s’affirme de plus en plus comme l’une des meilleures recrues du CSS.

Face à des Cabistes encore en rodage et loin de leur niveau habituel,  Nabil Kouki a opté pour plus d’audace et plus de variété dans le jeu. Une défense avec une charnière à deux (la paire Alaa Ghram-Mohamed Nasraoui) et deux latéraux (Mohamed Salah Mhadhebi et Aziz Saihi), un demi défensif sentinelle (le Guinéen Moussa Bella Conté ) et deux milieux constructeurs de transition (Chadi Hammami et Naby Camara).

Avec un changement de placement du joueur Achraf Habbassi qui a été essayé comme joueur régisseur et station derrière les deux attaquants de pointe Baraket Hmidi et Amen Allah Haboubi.

Ce nouveau schéma de jeu n’a pas fonctionné à merveille au niveau de la qualité de jeu, mais a été efficace et a porté ses fruits côté résultat.

Ce match a été l’occasion d’une bonne découverte qui n’est pas passée inaperçue : un Aziz Sekrafy, utilisé en seconde mi-temps, et qui a montré qu’il peut être un élément essentiel, voire incontournable du dispositif. Dans l’ensemble, et avec ce succès, le CSS en a fini  avec les laborieuses entames de match qui ont été derrière son très mauvais parcours de la saison écoulée. Il a retrouvé l’appétit de gagner même sans la manière, en attendant de passer la vitesse supérieure et de renouer avec son jeu séduisant et spectaculaire.

«Ce n’est qu’une affaire de temps», promet Nabil Kouki.

Laisser un commentaire