La Cinémathèque tunisienne a rendu hommage à l’acteur originaire de Bekalta, Romdhane Chatta, de son vrai nom Romdhane Ben Ayed, né le 25 novembre 1939 et décédé le 9 août 2017. Connu pour ses apparitions dans des films, comme «Pique-nique» de Férid Boughédir, et sa participation au théâtre radiophonique, Romdhane Chatta s’est rendu célèbre par son rôle de «Hmeidetou» dans la série télévisée «Mhal Chahed», dans les années 1970-80, aux côtés de l’actrice Dalenda Abdou.
Durant ses quatre décennies de carrière, il incarne plusieurs rôles à succès comme celui de l’instituteur dans la pièce «Maréchal Ammar», une adaptation tunisienne du «Bourgeois Gentilhomme» de Molière ou celui de Tijani Kalcita dans «El Khottab Al Bab», feuilleton des années 80 ou encore celui de l’épicier dans «Fej Erraml», feuilleton des années 90.
Cet hommage, qui inaugure un partenariat entre la Cinémathèque tunisienne et la Télévision nationale, a rassemblé à Bekalta, à l’occasion du Festival Thapsus-Ras Dimas, du 17 au 19 juillet, des cinéastes, des hommes et des femmes de théâtre et de médias, pour évoquer la mémoire de cette figure populaire, lit-on dans un communiqué de presse de la Cinémathèque tunisienne.
En outre du 24 au 26 juillet, la Cinémathèque organise, en collaboration avec l’association «Vélorution Tunisie», un événement intitulé «Le Cinéma à Vélo». Ce cycle est exceptionnel dans la mesure où les projections seront gratuites et organisées en plein air, au Parc du Belvédère. La collaboration avec Vélorution Tunisie pour cet événement sonne comme une évidence du fait du rôle de cette association pour le développement du cyclisme dans le pays. Pour la Cinémathèque, ces projections à la belle étoile sont aussi l’opportunité de se présenter aux habitants de Tunis qui ne pourront pas se déplacer vers les festivals durant l’été.
Ainsi, le public pourra profiter des festivités en découvrant une programmation variée, accompagnée de diverses animations. Les débuts de soirée seront ponctués de documentaires, à l’instar de «Why we cycle» de Arne Gielen et Gertjan Hulster, montrant les implications tant écologiques qu’économiques du vélo dans nos sociétés. Ces séances seront aussi l’occasion de débattre avec divers intervenants. Par la suite, les cyclistes-cinéphiles pourront se réunir autour d’une sélection de films populaires proposés par la Cinémathèque, tels que la comédie «Jour de fête» de Jacques Tati, le premier film saoudien «Wadjda» de Haifaa Al-Mansour qui est un drame social ou encore le fameux «E.T.», l’extra-terrestre, réalisé par Steven Spielberg. Des films qui ont tous fait du vélo un objet-culte au cinéma.
La Cinémathèque tunisienne sera également présente lors de la 34e édition du festival international du film amateur de Kélibia (Fifak), et ce, pour la deuxième fois. Cette année, le Fifak célèbre son 55e anniversaire qui coïncide avec le 50e anniversaire du fameux Woodstock. En 1969, des milliers de hippies amoureux du rock n’ roll et de la pop music ont créé, trois jours durant, l’un des plus grands événements musicaux dans le monde avec un seul mot d’ordre: «Paix, Amour et Musique» avec Jimi Hendrix, Joan Baez et tant d’autres.
Dans ce cadre, la Cinémathèque donne rendez-vous avec deux projections de minuit : Woodstock de Michael Wadleigh (1970), qui retrace les grands événements du festival, les préparatifs des concerts et l’ambiance folle des festivaliers.
Hôtel Woodstock de Ang Lee (2009) est l’histoire vraie et incroyablement romanesque d’Elliot Tiber, l’homme qui, presque par hasard, a accueilli sur ses terres le festival de Woodstock, en 1969, point d’orgue de la culture hippie. Une aventure qui allait changer pour toujours sa vie et celle de toute une génération.
L’équipe de la Cinémathèque tunisienne débarque à Menzel Témime pour participer à la deuxième édition des rencontres cinématographiques instaurées dans cette ville du Cap Bon, depuis 2018. La contribution se traduira par une sélection de films d’animation et la tenue d’un atelier de stop motion, destiné aux enfants.
Cette jeune manifestation offre un espace de projection et de diffusion dans une ville en manque d’activités culturelles bien qu’elle possède quelques infrastructures. Menzel Témime est, en effet, restée longtemps à l’écart de toute initiative culturelle, marginalisée, malgré son grand potentiel.
La deuxième édition des Rencontres cinématographiques de Menzel Témime se tiendra du 17 au 21 août prochain, avec un financement tout aussi limité que celui de la première édition. C’est pourquoi le soutien de la Cinémathèque est une forme de solidarité qui cautionne à une équipe de cinéphiles de moins de trente ans, passionnés et déterminés. Le succès et la continuité d’une telle manifestation représentent un vrai pari pour tous les jeunes de la ville.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire