handball – crise du club africain : L’union sacrée rétablie ?

Commençons d’abord par cette «info» : le gaucher international du CA et titulaire à part entière du sept national Ramzi Majdoub (26 ans) n’est plus clubiste. Il vient, en effet, d’être recruté pour trois saisons, par l’Espérance Sportive de Tunis. Cette transaction estimée à environ 300 mille dinars a fait l’effet d’une bombe dans les coulisses du club de Bab Jedid où on n’en revient pas encore pour avoir laissé filer un si grand joueur. Et au profit de qui? De l’éternel voisin et frère ennemi ! Et pourtant, les dirigeants clubsites savaient pertinemment depuis longtemps que Majdoub, dont le contrat expirait le 30 juin dernier, était déjà dans le viseur de plusieurs équipes étrangères (l’Europe et Le Golfe) et tunisiennes dont justement le club «sang et or» qui ne cessait de lui faire les yeux doux. Maintenant que le… mal est fait, force est de constater que ce sensationnel coup de théâtre n’a pas pour autant envenimé l’ambiance qui prévaut au sein de la section. Paradoxalement, on fait comme si de rien n’était. Il est vrai que le CA, incontestablement le club le plus actif, cet été, sur le marché des transferts, a recruté six nouveaux joueurs dont le meilleur buteur du championnat Ala Mustapha et l’ex-gardien international de l’Etoile Sportive du Sahel Majed Hamza. Ces recrutements massifs émettent un signal fort, à savoir que la grave crise financière vécue par la section tout au long de ces dernières années n’est plus qu’un souvenir. La délivrance est venue de deux hommes : le président du club qui a «enfin injecté» un premier fonds de roulement, et le nouvel homme fort de la section Fethi Toujani. Celui-ci, qui s’occupait jusqu’ici des catégories des jeunes, a débarqué en fanfare. Succédant à Taoufik Ben Samir, il n’a pas tardé à faire étalage de son soutien financier digne d’un «nabab». Homme d’affaires, M. Toujani (outre la manne financière) s’est voulu réconciliateur et rassembleur, en prônant l’union sacrée parmi les membres de la famille élargie de la section. C’est pourquoi il a tôt fait de se réunir avec les différentes factions rivales, aidé en cela par le soutien de personnes proches du club. Et tout semble, du moins pour le moment, marcher comme sur des roulettes, puisqu’on a enregistré récemment le retour de plusieurs anciennes figures, telles que Moncef Oueslati, Sadok Baccouche, Raouf Ben Samir, Chedly El Gaïed, Férid Khemakhem et Walid Ajroudi. Ce dernier ayant été nommé délégué de l’équipe senior, alors que El Gaïed a atterri à la tête de la direction technique des jeunes. Deux «come-back» survenus après près d’une décennie d’absence, ce qui illustre le rétablissement progressif de l’union sacrée tant rêvée. C’est d’autant plus vrai que Soufiène Ben Salah, connu pourtant pour son opposition farouche au retour de ces ex-enfants du club, n’a pas… bronché, en acceptant, à la surprise générale, de poursuivre son bail avec les catégories féminines de la section.
Mettant à son tour la main à la pâte, Kaïs Bédoui, ancien dirigeant qui a beaucoup donné au CA, s’est engagé à continuer d’aider, en signe de soutien à l’action de réconciliation. Et il a même promis de le faire avec plus de générosité, en dépit du fameux conflit qui l’oppose à Abdessalem Younsi. De bon augure!
Mohsen ZRIBI

Laisser un commentaire