Comme il fallait s’y attendre, le sept national n’a pu que limiter les dégâts lors de son match disputé avant-hier soir face à l’Espagne qui l’emporta avec six points d’écart (26-20).
Un écart somme toute honorable, l’adversaire étant considéré comme l’un des principaux favoris de ce Mondial. D’ailleurs, cette rencontre a été une occasion renouvelée pour admirer les richesses et les énormes potentialités que recèle l’école ibérique où se côtoient rigueur, force physique, rapidité et créativité en phase offensive.
De surcroît, au pays de la tauromachie où, handballistiquement, tout est réglé comme une montre suisse, d’énormes sacrifices ont été consentis pour réussir ce rendez-vous universel : opération séduction à l’adresse du public local, couverture médiatique massive et une préparation rondement menée en faveur de la sélection (5 stages à l’étranger, 11 rassemblements at home et 19 matches amicaux). Et dire que les nôtres n’ont disputé, en tout et pour tout, que deux matches amicaux durant, tenez-vous bien, cinq mois de préparation! Faut-il en rire ou en pleurer?

Un léger mieux
Pour revenir à la rencontre d’avant-hier soir, il est réconfortant de constater que notre sept national est à créditer d’un léger mieux.
En effet, s’ils étaient hors du coup au cours de la 1ère mi-temps qu’ils ont achevée avec sept points de retard (15-8), les protégés de Mohamed Ali Sghir ont admirablement réagi à la reprise, en retrouvant confiance en leurs moyens, en se débarrassant de leur complexe d’infériorité, en prenant enfin plus de risques en attaque. Autres constats prometteurs et rassurants: l’amélioration de la tenue défensive, la rapidité des contres, une meilleure sollicitation des pivots et diminution du taux des balles perdues en phase de construction. Seules ombres du tableau : le rendement insuffisant des ailiers et l’absence de solutions de rechange appropriées chaque fois que les deux principaux frappeurs de l’équipe, Ala Mustapha et Amine Darmoul, subissent un marquage individuel.
Au bout du compte, on peut dire que le sept national est déjà sur une courbe ascendante qui ira, espérons-le, crescendo lors des prochaines confrontations.

En direct d’Espagne
– Au sein de notre délégation, le moral est au beau fixe en dépit de ces deux défaites consécutives.
– Pour le moment, Dieu merci, pas de bobos dans les rangs des joueurs.
– Après avoir rencontré hier son homologue japonais, le sept national bénéficiera, aujourd’hui samedi, d’une journée de repos qui sera mise à profit à travers des séances de décrassage et de visionnage de vidéos.
– Au vu de ses deux premiers matches, le bilan de la sélection s’établit comme suit : zéro point, 45 buts pour, 58 buts contre.
– Bonnes conditions de séjour pour notre délégation qui ne tarit pas d’éloges sur le professionnalisme des organisateurs espagnols.
– Présence remarquée de Hassen Moustapha, président de l’IHF (Fédération internationale de handball).
M.Z.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire