Le projet consiste à fournir les moyens de transport nécessaires en vue de permettre aux citoyens de se promener et de découvrir cet ilôt. Le projet comporte un côté communication et marketing de cet espace qui constitue un monument historique, culturel et touristique aux multiples qualités.

Des dispositions ont été prises en vue de faire de l’île Chikly un espace culturel, touristique et écologique. L’annonce a été faite par le ministre des Affaires locales et de l’Environnement, le 16 juillet 2019, lors de sa visite dans cet îlot en compagnie de Renaud Muselier, chef de la délégation française et président du Conseil régional de la région Alpes-Côte d’Azur et SE Olivier Poivre d’Arvor, l’ambassadeur de France en Tunisie. Les dispositions prises sont axées autour de points essentiels dont le premier concerne l’installation de l’éclairage grâce à l’utilisation de l’énergie photovoltaïque.
Le projet consiste, de même, à fournir les moyens de transport nécessaires en vue de permettre aux citoyens de se promener et de découvrir cet îlot. Par ailleurs, le projet comporte un côté communication et marketing de cet espace qui constitue un monument historique, culturel et touristique qui a plusieurs qualités. Le ministre a souligné qu’un programme d’action clair et minutieux sera élaboré pour être exécuté à partir du mois d’août prochain.

Des opposants au projet
Il a appelé également l’Association des Amis des oiseaux de constituer une documentation à partir des données sur les espèces d’oiseaux qui s’installent dans cet îlot et ses environs en vue d’en faire profiter les enfants et les jeunes dans le cadre de l’enracinement des valeurs écologiques.
A noter que certaines composantes de la société civile se sont opposées à ce projet, estimant que l’aménagement prévu va avoir des effets néfastes sur l’environnement. Chikly  est un îlot situé dans la partie nord du lac de Tunis, connu pour abriter un fort romain puis espagnol. Il est relié au cordon littoral par une chaussée de 8,5 kilomètres partant du déversoir du lac, entre Le Kram et La Goulette et orientée est-ouest. Le fort Santiago de Chikly est une ancienne citadelle romaine reconstruite par le gouverneur espagnol de La Goulette, Luys Perès de Varga, entre 1546 et 1550, sur des fondations préexistantes.
D’autres travaux sont effectués en 1574 sous la direction de Don Juan Zamoguerra, mais la construction est détruite la même année lors de la bataille de Tunis, livrée contre les Ottomans. Le fort est restauré en 1660 par le dey de Tunis Hadj Mustapha Laz (1653-1665)  puis transformé en lazaret sous le règne de Hammouda Pacha (1782-1814), pour mettre en quarantaine les voyageurs revenant de pèlerinage. En 1830, il est complètement abandonné et se dégrade dès lors fortement.
Au début du XXe siècle, le cinéaste tunisien Albert Samama-Chikli y organise les fêtes d’une confrérie appelée « Les Pompiers de l’île de Chikly », ce qui serait à l’origine du surnom accolé au patronyme de ce cinéaste. Les automobilistes qui se rendent à la banlieue nord ou y reviennent constatent cet îlot abandonné qui semble livré aux oiseaux migrateurs sans aucun entretien.

Charger plus d'articles
Charger plus par Chokri GHARBI
Charger plus dans Economie

Laisser un commentaire