Pour l’insertion des personnes handicapées dans la vie active

Editorial La Presse

Le volet social constitue une des constantes de l’approche offi cielle relative à l’inclusion des personnes à besoins spécifi ques. C’est donc dans le cadre de cet intérêt majeur porté à cette catégorie que le Bureau de l’Unesco en Tunisie, en étroite collaboration avec le ministère des Affaires sociales et les organisations actives dans ce domaine, met tout en œuvre pour rendre public, dans un avenir proche, un guide participatif sur la communication inclusive visant les personnes handicapées. L’élaboration du guide a bien avancé en vue de renforcer la culture d’une communication effi cace et équitable, basée sur les principes universels des droits humains. Avec pour objectif principal, l’engagement d’une réfl exion autour d’une stratégie innovante en matière de communication inclusive sur les droits des personnes handicapées. Ledit guide veut être une contribution effi cace du traitement des thématiques liées aux personnes handicapées qui continuent, en dépit de tous les efforts déployés dans ce sens, à être confrontées à de grands obstacles pour accéder aux médias et à l’information. En un mot, pour faire entendre leur voix. La Tunisie dispose d’un arsenal juridique relatif aux personnes handicapées et à leurs droits économiques, politiques et sociaux, et ne cesse de multiplier les mesures avec, notamment, l’adoption de plusieurs textes de loi pour conforter leurs acquis. D’où l’obligation de protéger les personnes à besoins spécifi ques de toute forme de discrimination et d’impulser leur intégration dans la société et dans le marché du travail. Ainsi, l’approche tunisienne s’appuie-t-elle sur trois fondamentaux : la prévention, les soins et l’inclusion. Autant dire que l’inclusion économique des personnes handicapées se pose, désormais, comme une des priorités de la politique sociale nationale. Pour ce faire, le gouvernement octroie des subventions pour favoriser l’employabilité des personnes à besoins spécifi ques grâce, entre autres, à une formation professionnelle adéquate et à l’introduction d’un quota de 2% des emplois dans les secteurs public et privé en leur faveur. Autant dire des décisions concrètes qui valent mille discours.

Laisser un commentaire