Tribune | Bas les masques !

 

Par Khaled Ben Youssef

La liberté d’expression est dangereusement bafouée par les Occidentaux eux-mêmes qui, pourtant, s’en vantent hypocritement depuis de très longues décennies. Encore une fois, ils ont prouvé que lorsqu’il s’agit de leur propre intérêt (même injuste et inhumain), tout tombe à l’eau et devient dépourvu de sens, y compris les principes et les idéaux les plus chers. À part les poursuites judiciaires et les sanctions en tous genres contre tous ceux qui soutiennent la cause palestinienne, y compris les sportifs (Ons Jabeur, Karim Benzema et bien d’autres encore sont dans le collimateur) les manifestants et les internautes, les Européens, à quelques exceptions près, sont allés jusqu’à approuver et soutenir les atrocités et les crimes barbares de l’armée israélienne perpétrés contre le peuple palestinien. Pire encore, ils n’ont pas eu froid aux yeux considérant la lutte palestinienne contre l’occupation sioniste, qui dure depuis 75 ans, comme étant du terrorisme. C’est un alibi qu’ils ont inventé pour se donner le droit d’anéantir les combattants palestiniens et de réduire au silence la population de Gaza.

Non seulement ils utilisent leurs médias manipulateurs pour influencer l’opinion publique mondiale par leurs aberrations, mais aussi ils se permettent, par-dessus le marché, de vouloir imposer leur opinion à ceux qui refusent leur injustice et les mensonges insensés qu’ils essayent de propager par tous les moyens. Pour ceux qui ne le savent pas, certains pays européens sont même arrivés à interdire le drapeau palestinien dans les stades. C’est une décision à la fois extrêmement grave et très significative qu’il faut prendre très au sérieux !

Aveuglés par leur amour sans limites à Israël, les Américains et leurs alliés européens ne peuvent en aucun cas admettre qu’il y ait des gens qui sont pour les justes causes. Ils refusent, étant dépourvus de valeurs humaines, de voir des gens rationnels ayant une vision des choses différente de par leur loyauté et leur sens de la justice. 

Et c’est pour cette raison, dès qu’ils voient leurs intérêts menacés même par une simple opinion, ils perdent carrément la tête en ayant recours à la pression et à la force pour faire taire les voix de la sagesse et de la raison. Pour eux, il n’y a qu’une seule vérité qui compte : c’est la domination d’Israël au Moyen-Orient, à n’importe quel prix…Et ce n’est pas le nombre de morts qui tombent quotidiennement par centaines, ou l’ampleur des massacres et l’atrocité des crimes commis contre les Palestiniens qui vont les déranger ou déranger les plus hautes instances internationales qui n’ont aucun poids devant les États-Unis. Ils s’en soucient comme d’une guigne, et ils en ont donné la preuve à maintes reprises. Biden a récemment déclaré qu’il ne pouvait garantir la paix aux futures générations américaines qu’à travers la victoire d’Israël et de l’Ukraine. Et cela résume tout.

Et maintenant que nous avons de nouveau la preuve que le revers de la médaille n’est pas aussi brillant, et je dirais même bien rouillé, ne me parlez plus de pays civilisés qui respectent les vies humaines, qui respirent les valeurs universelles et qui sont l’exemple même de la démocratie, des droits de l’homme et de la liberté d’expression.

La vraie vérité est là, et les égoïsmes n’apparaissent vraiment que lorsque les intérêts (même les plus sales) sont en jeu. Un monde fou souillé par les agissements odieux de ces pays dits civilisés, adeptes du principe combien affreux de «deux poids, deux mesures», et celui de «Tais-toi quand je parle». Serions-nous dans la jungle où le plus fort dévore les plus faibles!? Malheureusement, nous y sommes, et cette situation alarmante et suffocante me renvoie à un ouvrage écrit en 2003 par le grand sociologue français Georges Balandier, et que Beït al-Hikma a pris l’initiative de traduire en langue arabe, l’année même de sa parution. L’intitulé de l’ouvrage Civilisés dit-on !?  est très révélateur. L’auteur évoque entre autres maux les différents massacres causés à l’humanité par ces pays qui se targuent pourtant d’être des nations civilisées. Je ne me rappelle plus si Balandier avait évoqué parmi ces massacres les guerres injustes, mais elles en font partie, sûrement.

K.B.Y.

Ancien directeur général de l’édition à Beït al-Hikma.

Laisser un commentaire