La chronique judiciaire

justice cour

 

Des migrants s’attaquent à une patrouille de la Garde nationale

Le substitut du procureur de la République et porte-parole officiel du Tribunal de première instance de Sfax 1, Hichem Ben Ayed, a indiqué dans une déclaration à La Presse, samedi 25 novembre, qu’un groupe de migrants irréguliers subsahariens s’est attaqué, dans la soirée de vendredi 24 novembre, à une patrouille de la Garde nationale dans la zone d’Al-Hmaizia, relevant de la délégation d’Al-Amera à Sfax. Les agents procédaient à la destruction d’embarcations en fer utilisées dans les traversées irrégulières. Les migrants subsahariens ont également incendié un véhicule de la Garde nationale et ont attaqué la patrouille, blessant 4 agents. Un cinquième, grièvement blessé, a été transféré d’urgence à l’hôpital Habib-Bourguiba à Sfax. Selon Hichem Ben Ayed, la brigade criminelle relevant de la Garde nationale de Ben Arous a été chargée de l’enquête, ajoutant que les recherches sont en cours pour arrêter les agresseurs. Il a souligné, à cet effet, la gravité de cette affaire qui porte atteinte à la sécurité nationale.

L’homme d’affaires Ridha Charfeddine placé de nouveau en garde à vue

Le parquet a autorisé, tard dans la soirée de vendredi 24 novembre, le pôle judiciaire, économique et financier à placer de nouveau  en garde à vue l’homme d’affaires Ridha Charfeddine. Son avocat, Jamal Hajji, a révélé dans une déclaration à La Presse, samedi 25 novembre, qu’après la libération de son client, vendredi, par le juge d’instruction, il a été de nouveau convoqué par la Brigade centrale d’inspection des délits de la Garde nationale d’El Aouina. L’homme d’affaires, qui avait déjà été auditionné pour une affaire qui remonte à l’année 2021 et classée, fait l’objet d’une nouvelle enquête confiée à la même brigade.

Après son audition  qui a duré jusqu’à 2 heures du matin,  Ridha Charfeddine a été placé en garde à vue sur ordre du ministère public, pour cinq jours renouvelables, selon les dispositions de la loi de lutte contre le blanchiment d’argent.

Derniers développements dans les affaires Belaïd et Brahmi

La porte-parole officielle du pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Hanen Gaddes, a déclaré au journal La Presse, samedi 25 novembre, que la cinquième chambre pénale du pôle judiciaire antiterroriste a décidé vendredi, de reporter l’examen de l’affaire du martyr Chokri Belaïd au 15 décembre prochain. Celle du martyr Mohamed Brahmi a été aussi reportée au  5 janvier 2024, afin de permettre l’exécution des jugements préparatoires conformément aux demandes de la partie plaignante. Tous les détenus dans le cadre de ces deux affaires ont été conduits devant la chambre pénale compétente en présence de leurs avocats et du Comité de défense des deux martyrs. Il convient de noter que le terroriste Amer al-Balaâzi (alias le Somalien), qui figure parmi les accusés dans cette affaire, a été amené devant la chambre pénale sous haute surveillance. Toutes les demandes de libération des détenus ont été rejetées.

Moufida CHARGUI

Laisser un commentaire