Le CSS assure sa place au Play-off : Objectif atteint

 

Qualifiés au play-off après avoir failli le rater, les Sfaxiens caressent le rêve de terminer premiers, sinon deuxièmes de leur groupe à l’issue de la première phase. Ont-ils réellement les moyens de ce challenge ?

En battant l’ESM par deux buts à zéro (buts de Alâa Ghram et de Hazem Haj Hassen) et en l’écartant de la concurrence pour la troisième place, le CSS s’est déjà assuré un billet pour la phase du play-off sans avoir à attendre les résultats de ses deux derniers matches contre l’EST et l’USM. On peut dire que Nabil Kouki  et sa bande sont revenus de très loin après une longue période de passage à vide et une série de contre-performances qui ont failli leur coûter très cher. Le seul adversaire qui constituait encore une menace pour la troisième place était l’équipe du Bassin minier. L’Espérance a déblayé le terrain aux Sfaxiens en battant l’ESM à Métlaoui et en réduisant ses chances de qualification pour le Play-off. Le CSS n’avait qu’à profiter de ce «cadeau» et prendre le dessus sur un adversaire qui n’y croyait plus et qu’à s’octroyer le précieux billet qui a failli lui échapper. Avec le succès de samedi, le premier objectif de la première moitié du championnat est donc atteint. Mais l’appétit n’est pas pour autant rassasié. Les « Noir et Blanc » ont encore un œil sur la deuxième place avec deux points de bonus importants et même sur la première, possible mais pas forcément accessible s’ils arrivent à faire le plein de points lors des deux dernières rencontres et signer deux victoires sur l’Espérance et l’Union Monastirienne.

Entre rêve et réalité 

Justement, ce rêve n’est pas trop permis pour un CSS qui n’a pas tellement  convaincu. Car à cette victoire salvatrice contre l’ESM, il a manqué la manière et le jeu séducteur et spectaculaire. C’est encore une fois un défenseur et encore une fois Alâa Ghram qui a montré la voie en ouvrant la marque. Avec ses trois buts en trois matches décisifs, l’axial sfaxien, dont le rôle principal est d’empêcher l’accès à la cage de Sabri Ben Hassen devenu portier numéro un au détriment de Mohamed Hédi Gâaloul, a montré qu’il a aussi la capacité de marquer des buts à l’adversaire et de libérer un attaquant comme Hazem Haj Hassen pour retrouver son efficacité perdue et accentuer l’avantage. Jusqu’ici, tout a bien marché mais jusqu’à quand ça va durer ? Cela ne va pas être aussi facile à  réussir face à des équipes dont la défense est assez coriace et bien verrouillée. Avec un milieu de terrain qui peine au niveau créativité et variation des opérations d’approche de la zone de vérité adverse et en l’absence d’attaquants de pointe baroudeurs et opportunistes qui peuvent faire l’exploit et la différence à eux seuls, il ne faut pas trop rêver et faire preuve d’une ambition démesurée. Le prochain examen face aux « Sang et Or » montrera si Nabil Kouki et sa bande, après avoir flirté avec le bas du classement de leur groupe, ont raison d’avoir ce grand appétit et les dents aussi longues. 

Laisser un commentaire