Ligue des champions | ESS : Bien motivés

 

Malgré tous les contretemps, les Etoilés sont déterminés à passer à 7 points au compteur. Chikhaoui serait de la partie pour apporter son capital-expérience.

L’Etoile va-t-elle briser le signe indien face à l’EST qui a pris l’habitude de la battre dans toutes les compétitions ces dernières saisons? Cette fois, c’est un match à très fort enjeu qui se présente ce soir à Radès (finalement le terrain de Sousse n’a pas été homologué comme l’a promis le président de l’ESS!). L’ESS a 4 points, contre 5 pour l’EST qui a pris le dessus à l’aller. Le nouvel entraîneur, Ahmed Ajlani, reprend une Etoile décimée, fragilisée par les imprévus et par les litiges et les dettes qui ont impacté l’ambiance de l’équipe. En quelques mois seulement et pour un champion en titre, la vie est passée du rose au noir, avec une ambiance délétère sur fond de dettes faramineuses envers les joueurs aussi bien anciens qu’actuels. Imed Ben Younès a fini par partir tout comme Youssef Abdelli. Othmène Jenayeh, qui s’intéresse plus à trouver de quoi financer les dettes urgentes pour éviter de lourdes sanctions de la Fifa, a fait appel à un enfant du club, Ahmed Ajlani, qui revient trente ans après. Pour le match de ce soir, c’est l’élément mental et psychologique qui a été bien entretenu. Ajlani a insisté auprès de ses joueurs sur le prestige du club en Afrique et sur le devoir de faire plaisir au public.

Côté choix, pas une large marge devant le technicien étoilé qui sera privé de Jelassi en défense. Il comptera, par contre, sur Jaques Mbé et Oussama Abid qui ont fourni un grand effort pour être prêts pour le match. Un autre revenant, c’est le capitaine Yassine Chikhaoui qui devrait faire son entrée en cours du jeu après une longue absence. Sinon, les Jemal, Ghedamsi, Barhoumi, Raki Laouani (qui aura plus d’importance et qui évoluera en pointe de l’attaque) auront à faire contre mauvaise fortune bon cœur. En face, l’EST a toujours cette marge de supériorité et cet ascendant psychologique. Un point ne sera pas une mauvaise affaire pour l’EST, contrairement à l’Etoile qui doit l’emporter avant de jouer Petro Luanda en Angola lors de la dernière journée. Les Etoilés qui se trouvent en pleine crise financière vont-ils se rebeller et aller au-delà de tous leurs maux ? Curieux de découvrir l’attitude de l’Etoile version Ahmed Ajlani. Néanmoins, la motivation est là dans le camp étoilé. Et c’est déjà bon à prendre.

Laisser un commentaire