Premier congrès du  PARTI “Travail et accomplissement “: Abdellatif El Mekki dévoile la ligne de son parti

L’ex-leader nahdhaoui part accompagné d’une équipe d’anciens amis de parcours et de nouveaux visages post-révolution avec un nouveau parti qui ferait partie de l’opposition. La principale étape en tête n’est autre que la présidentielle prévue en octobre prochain…


La scène politique nationale connaît en cette période une nouvelle dynamique, notamment avec l’entrée en action de nouveaux acteurs cherchant à se frayer une place sur la scène nationale en prévision de la prochaine élection présidentielle. En effet, hier l’on a assisté à l’ouverture du premier congrès national du nouveau parti politique «Travail et Accomplissement» sur le thème «Persévérance et construction». Un nouveau parti qui se veut socialiste et démocrate et dont le secrétaire général n’est autre que l’ancien leader nahdhaoui Abdellatif El Mekki. Ce dernier choisira aujourd’hui les quarante membres du conseil national du parti qui vont choisir à leur tour dix membres du bureau politique, auquel le secrétaire général ajoutera cinq autres de son choix.

Ce nouveau parti a ouvert hier son congrès national avec la participation de quelque 140 congressistes, en présence de représentants de partis politiques dont le Mouvement Ennahdha, le PDP, Ettakatol, le Front de salut, ainsi que d’anciens ministres, des représentants de la société civile et des personnalités nationales dont Nebil Hajji, Ahmed Nejib Chebbi, Ayachi Hammami, Mohamed El Hamdi, Samir Dilou, etc.

Convergences avec le Front du salut

Abdellatif El Mekki a souligné, dans une déclaration à la presse juste avant l’ouverture de ce congrès national, conscient du caractère sensible de la situation politique, économique et sociale du pays, que son parti s’inscrit dans l’opposition par rapport à ce qu’il a qualifié de «monopolisation des pouvoirs et le non-respect de la liberté d’expression et des droits de l’Homme», El Mekki a clairement affiché une ligne politique qui renoue avec les orientations du Front du salut quant aux questions nationales.

Et lors de son discours d’ouverture, El Mekki a relaté l’histoire du «militantisme» durant les années Ben Ali, insistant sur les relations qui le lient ainsi que d’autres leaders nahdhaouis aux autres leaders de partis d’opposition de l’ère Ben Ali et leur «parcours commun contre la dictature». Un parcours qui, selon lui, a divergé pendant des années mais actuellement «converge encore une fois autour des questions nationales et régionales dont le soutien inconditionnel au peuple palestinien frère qui endure les crimes génocidaires de l’entité sioniste».

Laisser un commentaire