Ligue des champions | L’EST se qualifie aux quarts de finale : Une montée en puissance !

 

Certes, il y a encore du travail à faire et l’Espérance, version Cardoso, n’a pas encore livré tous ses secrets, mais ce qu’a montré l’équipe en deux matches est plus que rassurant : une montée en puissance progressive qui laisse entrevoir des jours meilleurs.

Jusque-là, Miguel Cardoso a fait ce qu’il fallait. Sans gaspillage d’énergie, prenant en compte le calendrier du reste de la saison, le technicien “sang et or” a su faire passer ses idées auprès de ses joueurs. Des joueurs appliqués et, surtout, motivés par une concurrence positive qui a rendu les places plus chères que jamais. Une concurrence qui s’est répercutée sur le rendement sur le terrain. Des joueurs appliqués tactiquement, généreux dans l’effort et surtout animés par la culture de la gagne.

La confiance paye

S’il y avait un changement qui pouvait se faire samedi soir, c’est le retour sur le flanc droit de la défense de Mohamed Ben Ali après avoir purgé sa suspension. Mais Miguel Cardoso a préféré appliquer à la lettre le dicton “on ne change pas une équipe qui gagne”. Samedi, Bouchniba s’est montré beaucoup plus pointu dans ses centrages contrairement au match face à l’Etoile.

En faisant le choix de titulariser de nouveau Raed Bouchniba, Miguel Cardoso sait qu’il est en train de gagner un jeune joueur qui, à 20 ans, est censé avoir déjà pris sa place dans le dispositif du jeu de l’équipe. C’est aussi un message clair aux joueurs-cadres, autrefois intouchables, et pas Mohamed Ben Ali seulement : quand on part à la chasse, on perd sa place. En effet, les places sont devenues si chères à l’Espérance au point que la moindre absence, pour cause de blessure ou de suspension, risque de faire perdre à un joueur-cadre son rang de titulaire pour un certain temps.

La même philosophie de jeu, mais en mieux… 

Contre Al Hilal, le technicien “sang et or” a aligné le même onze de départ et est resté fidèle à sa philosophie : une reconversion rapide, une profondeur dans le jeu, du reste créatif et porté vers l’offensive avec des lignes rapprochées. Même les défenseurs contribuent à la construction du jeu. Par ailleurs, le but de la victoire devant Al Hilal a été signé par Yassine Meriah, monté plus haut que tout le monde pour loger la balle dans les filets. Contre Al Hilal, le coach “sang et or” a aligné les mêmes joueurs et appliqué le même schéma tactique. Sauf que la prestation de certains joueurs a été meilleure que lors du match précédent. Mohamed Amine Ben Hmida a corrigé son jeu en retrouvant ses montées régulières, ce qui a équilibré le côté offensif sur les couloirs. Quant à Rodrigo Rodrigues, il n’a pas marqué de but dans les filets soudanais, mais a touché plus de balles que face à l’ESS.

Et quand il a fallu le remplacer au moment où les Soudanais ont mis un pressing haut, jouant leur va-tout en fin de match notamment, le technicien “sang et or” a opéré des changements qui ont apporté de la fraîcheur, avec l’incorporation entre autres de Mohamed Ali Ben Hammouda. Et c’est grâce à la  profondeur apportée par Ben Hammouda que la pression a changé de camp. Cela dit, Miguel Cardoso, le gagneur, s’est exprimé avec la même envie de toujours vouloir plus, même s’il ne cache pas sa satisfaction : “ C’était un match difficile. C’était aussi l’occasion de confirmer la performance satisfaisante que nous avons livrée contre l’Etoile du Sahel lors de la précédente journée. Nous n’avons pas excellé dans les statistiques globales du match, mais en termes de motivation et de réalisme, nous avons atteint le plus important et réussi à nous qualifier pour le prochain tour”, a déclaré l’entraîneur “sang et or” lors de la conférence d’après-match.

Réaliste, le technicien portugais reconnaît qu’il y a encore des choses à améliorer : “Le match contre Al Hilal a confirmé que les performances de l’équipe peuvent s’améliorer à l’avenir. Nous avons réussi à surmonter les périodes critiques que nous avons traversées, en particulier en deuxième mi-temps, ce qui est normal dans des rencontres aussi cruciales, car Al Hilal du Soudan était un adversaire difficile. En football, on ne peut pas ignorer l’adversaire et sa capacité à créer des difficultés. Le plus important pour nous est que nous avons joué un match équilibré en défense et en attaque. Nous devons continuer à travailler pour nous préparer aux prochains défis à relever. Toutes nos pensées vont à présent au prochain match qui nous attend en championnat contre le Stade Tunisien”.

Bref, Miguel Cardoso est aussi humble que réaliste. C’est aussi un entraîneur qui gère son calendrier match par match en accordant la même importance à toutes les rencontres. Il a promis de jouer pour gagner. Il a, jusque-là, tenu ses promesses.

Laisser un commentaire