L’équipe nationale affrontera la Croatie en amical demain au Caire (21h00) : Il est temps de se réinventer !

 

Avec la demi-finale contre la Croatie demain soir, le tournoi du Caire offre à nos joueurs l’opportunité de se réinventer, bien loin des stéréotypes qui ont empoisonné le jeu de la sélection nationale ces dernières années, à la CAN de Côte d’Ivoire notamment.

L’échec cuisant à la CAN de Côte d’Ivoire s’avère finalement un mal pour un bien, car il a mis à nu les limites de notre football dans un monde où le ballon rond est en perpétuelle évolution en Afrique en particulier, où lesdites “petites nations de football” se comptent de plus en plus sur les doigts.
Pour camoufler les insuffisances et le manque de talents locaux, la FTF est allée faire ses emplettes chez les binationaux et ceux qui réussissent à décrocher une place de choix, parfois même pas dans un championnat étranger. Et à vrai dire, les qualifications à la Coupe du monde de 2018 en Russie après 12 ans d’absence et à celle de 2022 au Qatar ont fait pousser l’arbre qui a caché la forêt.

Place à la nouvelle génération

Si on veut révolutionner l’équipe nationale, bien loin des stéréotypes qui ont empoisonné son jeu ces dernières années à la CAN de Côte d’Ivoire notamment, il est impératif d’entamer un nouveau cycle en donnant une place de choix à la nouvelle génération, les Seifallah Letaief, Elias Saad, Samy Chouchane, Amine Cherni, Alaa Ghram, pour ne citer qu’eux. Il ne faut garder parmi les anciens que ceux qui peuvent apporter une réelle plus-value dans le futur proche, la CAN 2025, mais aussi la Coupe du monde 2026, une échéance dont l’objectif qui doit être fixé aux nouveaux est de s’y qualifier. Au vu des noms qui composent la liste des joueurs présents au Caire, le Tournoi “Super United Cup Cairo 2024” offre cette opportunité de se réinventer, de tester de nouveaux joueurs qui ont hâte de se faire une place de choix en équipe de Tunisie, particulièrement les binationaux qui ont choisi l’appel du cœur en représentant le pays de leurs origines.
Bref, il est temps de donner un coup de balai et de faire le grand ménage en équipe de Tunisie en se débarrassant d’une “vieille garde” qui faisait la loi en sélection. Une “vieille garde” qui s’imposait et imposait les copains au moment où des sélectionneurs qui se sont succédé à la tête de l’équipe de Tunisie prétendaient ne convoquer que les plus méritants.

Elias Saâd regagne le Caire

On le disait, la nouvelle et jeune génération a hâte de représenter les couleurs nationales et le meilleur exemple qui s’offre à nous en cette fenêtre Fifa du mois de mars est l’ailier gauche de FC St. Pauli, Elias Saâd.
Déclaré forfait lundi soir à cause d’une intervention chirurgicale dentaire qu’il devait subir en urgence le lendemain matin, Elias Saâd n’a pas hésité à prendre l’avion pour Le Caire du moment où l’opération a été annulée. Il a débarqué avant-hier soir au Caire et devait déjà s’entraîner avec le groupe.

Double volet tactique et physique

Venons à présent aux derniers échos en provenance du Caire. Les entraînements se déroulent en deux parties: une première séance avant la rupture du jeûne axée sur le volet physique à la salle de musculation du lieu de retraite de la sélection et une deuxième séance en soirée durant laquelle on mixe exercices physiques et tactiques.
Par ailleurs, le rythme est monté d’un iota jeudi soir. Le staff technique s’est attaqué au volet tactique en testant le schéma qu’il compte utiliser contre la Croatie demain soir. Ceci dit, l’explication contre la Croatie est l’occasion pour repenser le jeu de l’équipe nationale et nous livrer une prestation similaire aux matches amicaux disputés l’année dernière contre l’Algérie et l’Egypte. Deux matches lors desquels l’ancien sélectionneur national, Jalel Kadri, s’est libéré et fait jouer les plus méritants. Il a retrouvé ensuite les vieilles habitudes qui ont toujours fait du tort à notre team national avec le résultat qu’on connaît. Un joueur, talentueux soit-il, devient une source de nuisance au groupe à partir du moment où il décide à la place de l’entraîneur.

Laisser un commentaire