Par une attaque d’envergure de drones et de missiles: L’Iran fait trembler l’entité sioniste

Bien que l’entité sioniste ait affirmé avoir abattu 99% des drones et missiles lancés par l’Iran, plusieurs drones ont touché leurs cibles à l’intérieur des territoires occupés.


La télévision d’Etat iranienne a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche que le Corps des gardiens de la Révolution a lancé une «vaste» attaque de «drones et de missiles» contre l’entité sioniste, en réponse aux nombreux crimes commis par le régime sioniste». Plusieurs détonations ont été entendues dans le ciel d’Al Qods et l’armée sioniste a dit œuvrer avec les EtatsUnis à «intercepter» les drones de l’Iran.

Selon la chaîne télévisée sioniste Canal 12, certains de ces drones ont été abattus avant d’atteindre l’espace aérien israélien ou au-dessus de la Syrie ou de la Jordanie. L’armée d’occupation a demandé aux habitants du nord du plateau du Golan, de la région de Nevatim au sud d’Israël, de Dimona et d’Eilat, de rester à proximité des abris antibombes jusqu’à nouvel ordre. La télévision d’Etat iranienne a annoncé dans la nuit de samedi à dimanche que le Corps des gardiens de la Révolution a lancé une «vaste» attaque de «drones et de missiles» contre l’entité sioniste, en réponse aux nombreux crimes commis par le régime sioniste».

Plusieurs détonations ont été entendues dans le ciel d’Al Qods et l’armée sioniste a dit œuvrer avec les Etats-Unis à «intercepter» les drones de l’Iran. Selon la chaîne télévisée sioniste Canal 12, certains de ces drones ont été abattus avant d’atteindre l’espace aérien israélien ou au-dessus de la Syrie ou de la Jordanie. L’armée d’occupation a demandé aux habitants du nord du plateau du Golan, de la région de Nevatim au sud d’Israël, de Dimona et d’Eilat, de rester à proximité des abris antibombes jusqu’à nouvel ordre. L’Iran a lancé hier une attaque de drones contre l’entité sioniste, a déclaré le porte-parole de l’armée sioniste, précisant que les systèmes de défense étaient prêts à les abattre.

Les drones mettront plusieurs heures à atteindre «Israël» et les sirènes retentiront dans toutes les zones menacées, a ajouté le porte-parole de l’armée sioniste Daniel Hagari, lors d’une allocution télévisée. Selon la chaîne télévisée sioniste Canal 12, l’Iran aurait lancé une centaine de drones et de missiles de croisière, dont certains ont été abattus audessus de la Syrie ou de la Jordanie.

Dans un communiqué, les Gardiens de la révolution iraniens, cités par les médias d’État iraniens, ont affirmé avoir lancé des dizaines de drones et de missiles contre des cibles en «Israël». Des dizaines de drones ont été aperçus volant depuis l’Iran en direction d’«Israël» au-dessus de l’espace aérien irakien, ont déclaré à Reuters deux sources de sécurité irakiennes. L’Iran a menacé de riposter aux frappes aériennes sionistes présumées contre son consulat à Damas, la capitale syrienne, le 1er avril, qui a tué sept officiers des Gardiens de la révolution, dont deux commandants de haut rang. Israël n’a ni confirmé ni rejeté la responsabilité de l’attaque. Le président américain Joe Biden, qui a mis en garde vendredi contre une possible attaque de l’Iran contre Israël, s’est engagé à soutenir l’Etat hébreu, a déclaré la Maison-Blanche, ajoutant que l’attaque aérienne devrait se dérouler sur plusieurs heures. Joe Biden est en communication constante avec les responsables sionistes ainsi qu’avec les partenaires et alliés des États-Unis, a déclaré la porte-parole du Conseil de sécurité nationale, Adrienne Watson, dans un communiqué.

Le général à la retraite Amos Yadlin, ancien chef des renseignements militaires, a indiqué que les drones étaient équipés de 20 kg d’explosifs chacun et que les défenses aériennes d’«Israël» étaient prêtes à les abattre. «Israël» et la Jordanie voisine, qui se trouve entre l’Irak et «Israël», ont annoncé la fermeture de leur espace aérien dans la nuit de samedi à dimanche. La guerre entre «Israël» et le Hamas à Gaza, qui dure depuis plus de six mois, a exacerbé les tensions dans la région. Plus tôt dans la journée d’hier, l’agence de presse iranienne IRNA a rapporté que les Gardiens de la révolution iraniens ont saisi un cargo qu’ils estiment affilié à «Israël» dans le détroit d’Ormuz, quelques jours après l’avertissement de Téhéran d’une possible fermeture de la zone au trafic maritime. MSC, qui exploite l’Aries, a confirmé que l’Iran avait saisi le navire et a déclaré qu’il travaillait «avec les autorités compétentes» pour ramener sains et saufs ses 25 membres d’équipage.

Des drones envoyés survolent l’espace aérien irakien

Un certain nombre de drones ont été vus survolant la province irakienne de Souleimaniyé, ont déclaré trois sources de sécurité à Reuters hier. «Des dizaines de drones ont été aperçus volant depuis l’Iran en direction d’«Israël» au-dessus de l’espace aérien irakien», ont également déclaré à Reuters deux sources de sécurité irakiennes. L’Irak a également décidé la fermeture de son espace aérien samedi, a fait savoir le ministère des Transports cité par l’agence de presse étatique du pays.

Fermeture de l’espace aérien

La Jordanie a annoncé la fermeture temporaire de son espace aérien à partir de ce samedi à 20 GMT et jusqu’à nouvel ordre, «par mesures de précaution», à la lumière des «tensions croissantes dans la région». «Afin de préserver la sûreté et la sécurité de l’aviation civile dans l’espace aérien jordanien, à la lumière des tensions croissantes dans la région, et après avoir évalué les risques conformément aux normes de sécurité en vigueur au niveau international, il a été décidé, par mesures de précaution, de fermer temporairement l’espace aérien jordanien à tous les vols, au départ comme à l’arrivée, ainsi qu’en transit, à partir de ce samedi à 20h00, soit 23h00 locales, et ce jusqu’à nouvel ordre», a indiqué l’Autorité nationale de régulation de l’aviation civile. Cette décision sera «révisée régulièrement en fonction de l’évolution de la situation», a précisé, dans un communiqué, l’Autorité en charge de l’aviation civile dans le Royaume. Les défenses aériennes de la Jordanie sont prêtes à intercepter et à abattre tout drone ou avion iranien qui violerait son espace aérien, ont déclaré deux sources de sécurité régionales. L’armée est également en état d’alerte et les systèmes radar surveillent l’activité des drones, ont ajouté les sources.

Fermeture des écoles

Les autorités sionistes ont déclaré que les écoles seraient fermées dans tout le pays dès samedi soir en raison des menaces d’attaques iraniennes. Les activités éducatives seront interdites dans tout «Israël» à partir de 23H00 heure locale (20H00 GMT) samedi jusqu’à lundi soir dans le cadre des changements dans les directives de défense du Commandement du Front intérieur des Forces de défense sionistes (FDI), a écrit leur porte-parole, Daniel Hagari, dans un message publié samedi sur la plateforme du réseau social X. Les changements ont été effectués à la suite d’une évaluation de la situation, ont indiqué les FDI dans un communiqué. M. Hagari a fait remarquer que les restrictions s’appliquaient également aux voyages scolaires et aux camps, bien que la plupart des établissements d’enseignement soient actuellement fermés pour la fête de la Pâque juive. Selon M. Hagari, les défenses aériennes d’«Israël» «sont en état d’alerte» et des «dizaines d’avions sont prêts à intervenir dans le ciel». Cette tension survient 12 jours après qu’«Israël» a tué sept Iraniens, dont deux commandants du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), lors d’un tir de missile sur la section consulaire de l’ambassade d’Iran en Syrie. Les autorités iraniennes se sont engagées à prendre des mesures de rétorsion contre «Israël» pour cette attaque, ce qui suscite des inquiétudes quant à une éventuelle escalade dans la région du Moyen-Orient.

Réactions

La France condamne «avec la plus grande fermeté» l’attaque déclenchée par l’Iran contre «Israël», a déclaré hier le ministre des Affaires étrangères Stéphane Séjourné. «En décidant d’une telle action sans précédent, l’Iran franchit un nouveau pallier dans ses actions de déstabilisation et prend le risque d’une escalade militaire», a déclaré Stéphane Séjourné sur le réseau social X. «La France réaffirme son attachement à la sécurité d’«Israël» et l’assure de sa solidarité», a-t-il ajouté. Pour sa part, l’Union européenne a condamné « fermement » l’attaque de drones et de missiles lancée samedi soir par l’Iran contre Israël, a déclaré le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell sur X, dénonçant une « escalade sans précédent » et « une menace grave à la sécurité régionale ». « L’UE condamne l’attaque iranienne inacceptable contre Israël. Elle constitue une escalade sans précédent et une menace grave à la sécurité régionale », a indiqué le responsable.

Laisser un commentaire