Comme prévu, l’EST est rentrée avec les trois points du succès en dépit d’une prestation tout juste moyenne

Stade Néjib Khattab, temps chaud, 3000 spectateurs environ, arbitrage Amir Loucif, l’EST bat l’UST (1-0), but de Thameur Salhi contre son camp (78’).
UST : Thamri, H. Khalfa, Mhamedi, Omrani, Salhi, Makni, Messaï, Junior, Zaïdi (Khalfa) Mohamed Ali Abdesslem, Kamergi (Ben Channen).
EST : Ben Chrifia, Mbraki, Chatti, Daouad, Badran, Mohamed Amine Meskini, Kuamé, Ghaït, Ben Saha, El Houni, Khénissi

Avant le coup d’envoi du match inaugural de la saison 2019/2020 entre le club recevant l’UST et son invité du jour l’EST, une minute de silence a été observée à la mémoire du regretté Mohamed El Ghoul ex président des Tataouinis décédé il y a un an, au mois d’août 2018. Sans Châlali, Ben Mohamed, Béguir, Kopm, Coulibaly, Blaïli et Lokosa, l’équipe de Moïne Chaâbani, renforcée certes par ses nouvelles recrues Chatti, Badran, Kuamé, Ghaïth et Ben Saha, n’a pas réussi à faire une entrée en matière tonitruante comme à son habitude et s’est forcée à un round d’observation interminable qui en dit long sur les difficultés qu’elle rencontre pour souder une formation fortement chambardée et devenue fort hétérogène, trouver ses repères et le fil conducteur de son jeu limpide, rapide et efficace. Le coach Chettaoui n’était pas confronté, lui, aux mêmes soucis et avec seulement trois nouveaux joueurs dans son onze de départ (Junior, Zaïdi et Salhi) il est apparu plus sûr, avec un quadrillage de terrain réussi et un schéma plus équilibré (même si les quelques essais que les protégés ont entrepris durant la première période ne s’étaient pas traduits par des occasions nettes).
Renvoyés dos à dos pour la pause, les deux équipes n’ont pas fait mieux après le retour des vestiaires et ont campé sur leur option tactique et leur stratégie de départ, évitant de prendre trop de risques qui seraient à double tranchant. Tout indiquait donc que l’on s’acheminait au fil des minutes vers un score de parité vierge qui reflétait la physionomie d’une partie molle.
Ce sursaut rageur de l’équipe de Bab Souika, sans doute bien étudié dans le dernier quart d’heure, au moment où les Tataouinis, qui ont trop couru de long en large et dominé légèrement le débat, étaient physiquement à bout de souffle a été concrétisé par un but fort précieux marqué par le défenseur Thameur Salhi contre son camp (78’). Trois points en or pour les «Sang et Or».
Hédi JENNY

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire