Le tournoi, aux traditions fortes, cherche une nouvelle identité en l’absence de Ons Jabeur.
Voilà un tournoi qui devient notoire depuis un bon moment. Depuis sa création en 2012 par le comité de Mongi Bouhlila, le «Nana Trophy» est toujours parrainé par l’homme d’affaires et l’ex-grand joueur Aziz Zouhir. Ce dernier tient beaucoup à ce tournoi qui lui permet une certaine visibilité pour sa marque commerciale, mais en même temps, c’était un tournoi conçu et développé pour Ons Jabeur dans ses premiers pas sur le circuit WTA. Vainqueure 3 fois (2013, 2014 et 2016), Ons était le «produit vedette» du tournoi. C’est elle qui lui donnait une forte et galopante popularité avec un public qui venait en grand nombre pour suivre sa joueuse préférée. Maintenant, l’après-Ons Jabeur reste dur à gérer. «Nana Trophy» se cherche une nouvelle popularité en quelque sorte. Avec une Ons Jabeur qui ne peut plus jouer un tournoi doté de 25.000 dollars (elle cherche plus de points et d’argent sur d’autres tournois à dotation plus forte), la priorité sera donnée à la relève de Ons Jabeur. C’est la énième fois que l’occasion sera donnée à des joueuses  tunisiennes qui font encore leurs premiers pas sur le circuit professionnel. Chiraz Bechri sera encore une fois la joueuse à suivre par le public. On aura aussi Ferdaous Bahri, en attendant les rescapées du tableau des qualifications. Peut-on leur demander de jouer pour le titre ? Ce sera dur. Elles sont là pour jouer à un niveau supérieur et pour apprendre. Sauf que la qualité des adversaires reste si élevée qu’elles peuvent avoir de la peine à continuer. Sinon, on devra avoir des joueuses bien nanties qui vont jouer pour gagner. La première tête de série au tournoi attendue est la Hollandaise Richel Hopenkamp, classée 161e. Pour ceux qui veulent voir un tennis féminin de niveau international, ils seront bien servis durant cette semaine à l’occasion du «Nana Trophy» mais l’ombre de Ons Jabeur sera toujours là.

Stambouli vainqueur à Hammamet
Habib Stambouli, un jeune joueur prometteur au TCHammam-Sousse, vient de remporter le tournoi ITF junior à Hammamet (grade 4) en battant en finale Clement Chauvin 6/3 et 7/5. En double, la paire tunisienne Zakaria Ben Brahim-Elyès Marouani a remporté la mise. Cela dit, Stambouli parvient à se classer premier joueur tunisien au classement ITF junior.

Une anecdote à raconter pour cette finale, il s’avère que Youssef Miled, entraîneur de Stambouli, a été interdit de suivre le match et d’accéder à l’hôtel qui abritait le match. Selon l’intéressé, il aurait été interdit sur instructions des organisateurs après son différend avec la présidente de la FTT. A vérifier.

R.E.H.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *