Après la victoire de notre sélection devant la Mauritanie, la Tunisie se mesurera ce soir à Rouen avec la Côte d’Ivoire, un des gros calibres de notre continent.

Le bail de Mondher Kbaïer à la tête de l’équipe nationale a commencé par un léger «hors d’œuvre» facile à digérer, en l’occurrence la Mauritanie qui était, somme toute, maniable et qui a même évité une défaite beaucoup plus lourde que le score étriqué d’un but à zéro.
Ce fut donc la première prise de contact de la nouvelle troupe de Mondher Kbaïer dans le cadre de la préparation pour la première sortie officielle programmée contre la Libye le 20 courant à Radès pour le compte du Chan.
Ce soir, à partir de 18h00, au stade Robert Diodion de Rouen, notre équipe nationale jouera sa deuxième rencontre de préparation contre un adversaire beaucoup plus coriace : la Côte d’Ivoire. Verra-t-on un peu plus clair quant aux changements ou plutôt aux améliorations que Mondher Kbaïer compte apporter au onze national ? C’est ce qu’on saura tout à l’heure.

Priorité aux locaux
Mais, déjà, le nouveau coach national sera confronté à un dilemme quelque peu agaçant. Il va devoir choisir entre commencer, dès à présent, à perfectionner les automatismes de l’équipe première qui comprend les joueurs locaux et les pros ou se contenter de remettre cela pour plus tard. C’est que la double confrontation avec la Libye entre dans le cadre du Chan et ne concerne que les locaux. Bien évidemment Kbaïer sera contraint de faire la part des choses et de hiérarchiser la priorité des objectifs fixés dont entre autres le Chan.
Du coup et en comparaison avec la formation alignée il y a quelques jours face à la Mauritanie, on verra, à coup sûr, beaucoup de changements qui s’imposent. Et la priorité sera accordée aux joueurs internationaux qui évoluent au championnat national, tels que le gardien Atef Dékhili, Hamza Mathlouthi, Anis Badri, Firas Chaouat, Rami Bédoui et les autres.
Normalement, M’sakni, Ben Mustapha, Drager, Haddadi, Maâloul, Meriah, Skhiri, Ben Mohamed, Sliti, Refiaâ, Laâyouni, Dudziac et tous les autres pros pourraient être massivement inactifs ce soir. Et si quelques-uns parmi eux vont faire leur apparition, ce ne sera fait qu’en deuxième période dans un but bien précis.
Mais il n’est pas exclu, non plus, de voir Kbaïer faire fi de cette logique et opter pour d’autres choix.

L’embarras du choix
De toutes les manières et malgré l’absence d’une vraie star au sein de notre sélection, le timonier national sera, à l’avenir, devant un vrai embarras du choix avant de se fixer les idées d’une manière claire sur une ossature immuable.
En effet, en récupérant (par la suite), Wahbi Khazri, Dylan Bronn, Ferjani Sassi, Hamdi Naguez, Ghaïlane Chaâlali en particulier, Kbaïer aura la lattitude de construire un ensemble compétitif. Pourvu que ses choix tactiques à baser sur un vrai rendement collectif soient clairs et précis.
Les prémices de ce genre de stratégie qui est de nature à mettre en exergue la touche de l’entraîneur doivent donner leurs premiers signes dès aujourd’hui.
La Côte d’Ivoire, qui est un sérieux client qui nous a toujours donné du fil à retordre, par la passé, est une bonne opportunité pour mettre en évidence le premier jet des «réformes promises».
Amor BACCAR

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Sport

Laisser un commentaire