Le troisième et dernier débat télévisé censé permettre aux citoyens de ‎choisir entre 26 candidats à la magistrature suprême a eu lieu, lundi ‎soir, sur al Wataniya 1.‎

Sept derniers candidats ont répondu, en un laps de temps, ‎rigoureusement chronométré, à des questions tirées au sort, portant ‎sur trois axes principaux à savoir la politique étrangère, la sécurité et ‎les différentes initiatives qui seront proposées par le futur président.‎

Parmi les intervenants figuraient la candidate du parti  » Amal  » Selma ‎Elloumi, l’indépendant Ahmed Safi Saïd, le candidat au nom de la ‎ »coalition Dignité  » Seifeddine Makhlouf, le candidat de  » Beni Watani  » Saïd ‎Aïd, le candidat de  » Tahya Tounes  » Youssef Chahed, le candidat du Front Populaire Hamma Hammami et kaîs Said.‎

Tour à tour, les sept candidats ont pu présenter les grandes lignes de ‎leur programme aux sept millions d’électeurs. Mais le ‎grand absent de la soirée, est sans doute l’homme d’affaires controversé Slim Riahi. Visé par une enquête judiciaire, il se trouve actuellement à l’étranger.

Face au grand nombre de candidats et aux enjeux du scrutin, de ‎nombreux Tunisiens indécis comptent sur ces soirées ‎télévisées inédites pour se déterminer.

De l’avis des observateurs, de nombreux électeurs, déconcentrés par ‎le nombre de postulants pourraient se décider grâce à ces débats ‎.‎

Intitulée « La route vers Carthage, la Tunisie fait son choix », l’émission, ‎présentée par deux journalistes modérateurs, est diffusée sur onze ‎chaînes de télévision et une vingtaine de radios.‎

L’élection présidentielle anticipée aura lieu le 15 septembre 2019.‎

Les résultats préliminaires seront annoncés le mardi 17 septembre 2019. Les résultats définitifs seront annoncés après expiration des recours le lundi 21 octobre 2019. La période électorale s’étend jusqu’à l’annonce des résultats définitifs de la première élection présidentielle.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. sami

    10/09/2019 à 11:51

    A part ceux qui ont « pré-arrêté » le choix de leur candidat bien avant l’annonce de la liste des 26, certains citoyens au dessus de la mêlée, non partisan, commencent à vivre 1 léger malaise : devant cette cohorte de candidats, tous, ou presque, promettant monts et merveille, se posant en Eden devant l’Apocalypse des autres, pour qui vraiment voter au 1er puis normalement (on l’espère !!!) au 2ème tour ?
    A mon sens, mieux vaudrait poser la question inversée : pour qui ne pas voter ? et pour cela procéder par élimination en posant des critères d’élimination. Subjectifs mais indispensable pour se retrouver en accord avec ses convictions et sa conscience. Tels par exemple :
    – La mauvaise réputation d’improbité
    – La nostalgie dictatoriale
    – La démagogie
    – Le tribalisme sectaire, bavard et moyenâgeux
    – La mythomanie
    – Le charlatanisme
    – L’illustre inconnu (etc.)
    De tout ce beau monde il ne devrait en rester que 3 ou 4.
    Nouvel embarras du choix : lequel dans ce groupe est mieux placé pour sortir du lot ? Et ce n’est pas 1 jeu du loto !
    Le dilemme c’est quand aucun des candidats sélectionnés ne se retrouvera au 2d tour ! si ce n’est dès le 1er tour !!! (Le pire des scénarios cauchemardesques. Car tel est le caractère vicieux et malsain de notre système électoral actuel). Qui des 2 choisir parmi nos éliminés ?
    Le choix entre la.. et le… Ce sera alors la roulette russe… ou le bulletin blanc !!!

    Répondre

Laisser un commentaire