En visite à Monastir dans le cadre de sa campagne pour la présidentielle anticipée, Safi Said a affirmé sa détermination à lutter contre toute tentative de miner la démocratie, les richesses du pays, son agriculture et son économie.

Il a souligné que la Tunisie souveraine est au-dessus de tous et que la démocratie est une richesse nationale qu’il convient de préserver et de développer.

Safi Said s’est engagé à ouvrir les dossiers des assassinats politiques et ceux relatifs à la corruption dans les domaines des télécommunications, du tourisme, du pétrole et du Gaz.

Il a ajouté que la corruption s’est propagée depuis les années 80 dans le pays. Selon lui, la Tunisie se trouve aujourd’hui face à deux choix, soit elle plongera à nouveau dans le marasme, soit elle s’orientera vers l’ouverture et le changement à travers la restitution des fonds spoliés, la récupération des richesses nationales et la révision de sa politique en matière de tourisme et de sécurité nationale. Il s’agit, également, de trouver des alternatives à la migration irrégulière des jeunes.

En as de victoire, Safi Said promet de renégocier d’égal à égal, avec l’Union européenne l’accord ALECA (accord de libre-échange complet et approfondi). Il considère que les négociations avec l’Union européenne doivent être désormais menées conjointement avec les pays du Maghreb qui constitue une force économique et un marché unique.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire