L’Arab Film Platform a lancé son appel à projets pour les longs métrages en développement. Un programme d’accompagnement qui vise à encourager les coproductions et les collaborations artistiques arabes .

L’Arab Film Platfom (AFP) ou la Plateforme du Film Arabe a été lancée par l’Arab Film Institutes Commission (Afic, la commission des instituts cinématographiques arabes). Chiraz Latiri, directrice générale du Centre national du cinéma et de l’image (Cnci) tunisien, et Samia Labidi, coordinatrice de l’Afic, l’ont annoncé à l’occasion du festival Manarat en juillet. La nouvelle plateforme permettra de créer de nouveaux projets pour le développement de l’art et de l’industrie cinématographique arabes afin de soutenir la production de films dans la région arabe et encourager les coproductions, ainsi que les collaborations artistiques.
L’initiative, qui répond à un vrai besoin dans le monde du cinéma arabe qui, jusque-là, attendait ce genre d’action fédératrice et qui pourrait donner du tonus à la collaboration sud-sud, a été laborieuse dès le début mais a fini par porter ses fruits. Aujourd’hui, elle lance son appel à projet qui sera clôturé le 15 octobre prochain. La commission des instituts cinématographiques arabes (constituée de sept pays : Maroc, Algérie, Tunisie, Liban, Jordanie, Palestine et Egypte) mettra l’accent sur les longs métrages en phase de développement.
L’AFP réunit pour la première fois sept résidences, plateformes et laboratoires qui encouragent le développement des longs métrages. C’est également un grand travail de réseautage qui va accueillir les sept projets sélectionnés. Les porteurs de projets, scénaristes ou réalisateurs, doivent avoir la nationalité de l’un de ces sept pays et son producteur ou son coproducteur doit avoir une nationalité différente afin d’encourager la coproduction arabe.
L’appel à projet a été lancé la semaine dernière sur la page Facebook de l’ « Arab film plateform». Ces projets seront ensuite soumis à un comité de sélection indépendant et selon le type de projet redirigé vers les différentes plateformes. A partir de janvier 2020, et sur toute l’année, ces projets seront étudiés dans les plateformes selon les calendriers de ces dernières. Du côté de l’Afic, on croit savoir qu’il y aura un certain nombre de mécanismes qui vont permettre de soutenir ces projets dans différents festivals .

Charger plus d'articles
Charger plus par Salem Trabelsi
Charger plus dans Culture

Laisser un commentaire