A la mémoire de notre très cher, regretté et inoubliable

Ridha Ben Chedly BEN MILED
(rappelé à Dieu le 19 septembre 2010 et inhumé le 20 septembre 2010 au cimetière Sidi Abdelaziz – La Marsa
– Mais son souvenir est toujours vivace –

Les morts ne meurent vraiment que lorsqu’on les oublie. Cher Ridha, avec toi cela ne risque pas d’arriver. Cela fait exactement neuf ans aujourd’hui que tu es parti en silence le matin d’un certain 19 septembre. Cette date est devenue pour nous un jour de deuil que nous commémorons tant que nous vivrons. Ce sera cher Ridha le jour de ton souvenir. Malgré tout ce temps, nous avons toujours pour toi de l’amour, plein les yeux et une immense fierté car tu as été pour nous une lumière de vie.
Cher Ridha, dans nos pensées tu resteras, dans nos cœurs tu vivras et dans notre vie nous nous souviendrons toujours de toi, de ton bon cœur de la pureté et noblesse de ton âme, de ta modestie, de ta générosité, de ton amour pour l’autre, valeurs qui ornent notre existence. Absent physiquement, mais ni les jours, les semaines, les mois n’effaceront ton image de notre esprit, car il y a des absences que le temps ne peut combler, des blessures que le temps ne pourra panser quand il s’agit d’une personne aussi chère, l’oubli n’a pas de place.
Cher Ridha, nous voulons profiter de ce douloureux anniversaire pour te dire mille fois merci pour la main toujours tendue, en toutes circonstances, pour rendre service et procurer plaisir, bien-être, quiétude et joie de vivre à tes amis et à ta famille, surtout dans les moments difficiles, car chacun pouvait compter toujours sur toi lorsqu’il était dans un grand ou petit besoin.
Cher Ridha, il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents adulés, chéris, aimés, dans la mémoire des vivants. Cher Ridhan, toutes nos pensées vont vers toi, le frère sincère, l’ami, le confident, celui qui était notre force dans la faiblesse. Tu nous manques tellement. Repose en paix.
En attendant de nous retrouver et d’être réunis pour l’éternité, que Dieu le Tout Puissant, le Clément, t’accorde Son infinie Miséricorde et t’accueille dans Son vaste et éternel Paradis et que ceux et celles qui t’ont connu, aimé, respecté, apprécié, aient en ce jour mémorable, et le devoir nous l’impose, une pensée émue et pieuse pour toi et se joignent à nous pour réciter la Fatiha pour le repos de ta noble âme.
Ta famille qui pense toujours à toi et t’aime

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse Nécrologie
Charger plus dans Nécrologie

Laisser un commentaire