Le juge d’instruction du pôle judiciaire économique et financier s’est déclaré mercredi incompétent pour examiner la demande de libération provisoire du candidat à l’élection présidentielle anticipée Nabil Karoui, a déclaré Kamel Ben Messaoud, membre du collectif de défense, mercredi soir à l’agence TAP.

« Le juge d’instruction a fait valoir que l’ordonnance relative à la demande de remise en liberté provisoire de Karoui relevait de la chambre des mises en accusation de la cour d’appel de Tunis, qui avait conduit la défense à faire appel de cette décision, ce qui entraînerait le renvoi du dossier à la chambre d’accusation pour une audience dans les prochains jours », a précisé Ben Messaoud.

Ben Massoud a indiqué que la défense avait déposé mardi une demande de libération provisoire de Nabil Karoui.

L’Instance Supérieure Indépendante des Élections (ISIE) a annoncé mardi que le candidat indépendant Kais Saïed et le magnat des médias Nabil Karoui sont arrivés en tête du scrutin du premier tour organisé le 15 septembre 2019 et disputeront le deuxième tour dont la date n’a pas encore été fixée.

Le 5 septembre, la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Tunis a rejeté également la demande de libération de Karoui, en détention depuis le 23 août.

Le pôle judiciaire et économique avait ouvert une enquête sur Nabil Karoui et frère Ghazi dans le cadre d’un dossier intenté à leur encontre par l’organisation « I Watch » pour suspicion de blanchiment d’argent, en utilisant les sociétés qu’ils possèdent au Maroc, en Algérie et au Luxembourg.

Le pôle a également décidé de maintenir les mesures conservatoires prises à l’encontre des deux frères, notamment l’interdiction de voyager et le gel des biens de Nabil Karoui, qui dirige actuellement le parti « Cœur de la Tunisie ».

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire