Dans la foulée des festivités ou de l’ambiance particulière sur le rythme desquelles le pays vit à la faveur de l’élection de Kaïs Saïed en tant que 7e président de la République, élection qui a consacré un nouveau rendez-vous que les Tunisiens se sont donné avec l’histoire, intervient aujourd’hui, mardi 15 octobre, la commémoration à Bizerte du 56e anniversaire de la fête de l’Evacuation, un certain 15 octobre 1963, le jour où le dernier soldat français a quitté le territoire national.

Une fête dont la célébration revêt, cette année, une dimension particulière dans la mesure où elle coïncide avec un climat électoral spécifique marqué par l’organisation, l’espace de moins d’un mois, plus précisément du 15 septembre dernier au 13 octobre, de trois rendez-vous électoraux déterminants, en l’occurrence le premier tour de l’élection présidentielle anticipée le 15 septembre dernier, les élections législatives le 6 octobre et enfin le second tour de la présidentielle qui s’est déroulé le dimanche 13 octobre et s’est soldé par la consécration de la volonté du peuple qui a souverainement et librement dit son mot en accordant son aval et sa confiance au président qui aura à incarner, durant les cinq prochaines années, la souveraineté nationale et à préserver la Constitution tunisienne contre toutes les formes d’abus ou de violation.  Et veiller au respect de la souveraineté du peuple ainsi qu’à la primauté de sa Constitution est organiquement lié à la sauvegarde de la mémoire nationale, à la perpétuation des dates symboles de l’histoire du pays et à l’enracinement auprès des citoyens, plus particulièrement les jeunes, des principes de la fidélité et de la reconnaissance aux sacrifices consentis par les martyrs de la liberté, de l’indépendance et de la dignité qui ont donné leur vie pour que la Tunisie accède au rang des pays libres et souverains et pour que les Tunisiens se comportent aujourd’hui en citoyens exerçant pleinement leur droit à la liberté et à la participation à l’édification de leur pays.

Ainsi, faut-il percevoir la célébration aujourd’hui de la fête de l’Evacuation comme un nouveau rendez-vous offert aux Tunisiens pour qu’ils se rencontrent sur l’essentiel, à savoir édifier ensemble l’avenir, loin des démons de la division ou de la sédition qui attendent la moindre étincelle pour se réveiller et remettre en cause tout ce qui a été construit en plus de 60 ans d’indépendance, de liberté et de participation.

Charger plus d'articles
Charger plus par Abdelkrim DERMECH
  • Chef du gouvernement

    Constats et ambitions

    Et la foire aux déclarations folkloriques de se poursuivre, sur un rythme de plus en plus …
  • décès Adam Boulifa

    «Le droit de tabassage !»

    Un supposé mauvais regard, une parole plus ou moins déplacée, une petite bousculade peuven…
  • Chef du gouvernement

    Des négociations laborieuses

    Comme prévu, les premières rencontres-concertations menées par Habib Jemli, chef du gouver…
Charger plus dans Editorial

Laisser un commentaire