Hashtag « Ena Zeda », (moi aussi) tel est le slogan d’une campagne lancée sur les réseaux sociaux (Facebook et twitter) par des tunisiennes pour dénoncer le harcèlement sexuel à travers des témoignages livrés dans des statuts et des tweet.
La campagne « Ena Zeda » a été lancée en réaction à une affaire de harcèlement sexuel et d’atteinte à la pudeur, qui fait actuellement l’objet d’une information judiciaire, afin de permettre aux femmes de briser le tabou du silence et de décrire des moments douloureux qui ont marqué leur vies.
Selon ses initiatrices, cette campagne a pour but de donner la parole aux femmes ayant subi un harcèlement sexuel, de leur permettre de partager librement cette expérience sur la toile et de décrire l’atrocité de cette agression et son impact psychologique sur les victimes ».
Hashtag  » Ena Zeda » est la version tunisienne de la campagne internationale « Mee Too » lancée en octobre 2017, à la suite d’une publication par The New York Times d’un article détaillant des accusations pour faits de harcèlement sexuel à l’encontre de Harvey Weinstein, patron de studio, producteur et distributeur de films hollywoodien.
Selon des statistiques publiés en 2018, le taux des femmes victimes d’un harcèlement sexuel a atteint 43,8 pc en Tunisie. 90 pc des femmes ont subi ces violences dans les moyens de transport, 78,1 pc dans les endroits publics et 75,4 pc en milieu professionnel.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire