Des milliers de Libanais manifestant contre la corruption et les conditions de vie très difficiles ont bloqué, hier, pour le second jour consécutif des autoroutes principales dans le pays, où les plus importantes manifestations depuis des années menacent la fragile coalition gouvernementale.

Sous le feu des critiques, le Premier ministre Saad Hariri devaitt s’exprimer plus tard dans la journée, alors que les manifestations prennent de l’ampleur dans un contexte de grave crise économique persistante.

18 octobre, 2019 (Photo par Ibrahim CHALHOUB / AFP)

Les manifestations ont été déclenchées par l’annonce avant-hier d’une décision du gouvernement d’imposer une taxe sur les appels effectués via les applications de messagerie Internet.

La décision a été aussitôt annulée sous la pression de la rue, mais les Libanais ont poursuivi leur mouvement pour exprimer leur ras-le-bol d’une classe politique accusée de corruption et d’affairisme dans un pays aux infrastructures en déliquescence et où la vie est chère.

Le Premier ministre donne trois jours au gouvernement pour soutenir ses réformes

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a donné 72 heures aux membres de la coalition gouvernementale pour soutenir ses réformes économiques, au deuxième jour de manifestations massives contre la classe politique accusée de corruption, sur fond d’une crise économique qui s’aggrave.

«Nos partenaires au gouvernement doivent nous donner une réponse claire, définitive et convaincante (…) assurant que nous avons tous opté pour des réformes, sinon je tiendrais un tout autre discours dans un très court délai de 72 heures», a prévenu M. Hariri dans une allocution télévisée très attendue et suivi par des milliers de manifestants appelant notamment au départ du gouvernement.

Pneus et bennes d’ordures brûlés, routes coupées, forces de sécurité en alerte. Des colonnes épaisses de fumée noire s’élèvent au dessus de la capitale Beyrouth et de nombreuses villes du pays.

Les banques, les écoles, les universités et les institutions publiques sont restées fermées. Les manifestants ont bloqué d’importants axes routiers reliant Beyrouth aux autres régions avec des pneus en feu, selon des correspondants de l’AFP sur place.

Pour le deuxième jour consécutif, la circulation est perturbée sur la route principale menant à l’aéroport international de la capitale.

Arborant des drapeaux libanais et aux cris «Dehors, Dehors Hariri», ou «Le peuple veut la chute du régime», slogan du Printemps arabe, des manifestants se sont rassemblés devant le siège du gouvernement dans le centre-ville de Beyrouth, paralysé par le mouvement de protestation.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire