Le Parlement libyen basé à Tobrouk, dans l’est de la Libye, depuis son élection en 2014, s’est installé hier à Benghazi, autre ville orientale du pays, où il a tenu une session, selon un journaliste de l’AFP sur place. A l’ouverture de sa première session, le président de la Chambre des représentants Aguila Salah a salué l’offensive menée par le maréchal Haftar contre la capitale libyenne contrôlée, selon lui, par «les groupes terroristes et les hors-la-loi». «On ne peut parler de processus politique pour ramener la stabilité en Libye qu’après s’être débarrassé des groupes terroristes», a-t-il martelé lors d’un discours. «Nous irons aux urnes une fois que les milices auront déposé leurs armes», a-t-il poursuivi. La communauté internationale reconnaît le Parlement basé dans l’est mais pas le gouvernement d’Abdallah al-Theni, issu de cette assemblée et basé également dans cette région orientale. Elle soutient depuis fin 2015 un autre exécutif, le Gouvernement d’union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj, issu d’un accord politique interl-ibyen parrainé par l’ONU et basé à Tripoli.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *