Dans une vidéo postée, Ridha Belhaj, du parti Hizb Ettahrir fustige les médias, pointe du doigt l’Etat profond et appelle le nouveau président à faire toute la vérité sur le terrorisme !

On ne sait pas comment le présenter, porte-parole démissionnaire du Hizb Ettahrir ou figure emblématique de ce parti. Ridha Belhaj, c’est de lui qu’il s’agit, vient de poster une vidéo sur sa page officielle portant sur certaines observations et constatations se rapportant au paysage électoral dans le pays.

Le doigt entaché marqué encore par l’encre électorale et arborant un livre dans la main au titre bien révélateur comme pour orienter les auditeurs,«Comment L’Etat contemporain d’Israël a compté sur le terrorisme».

Belhaj parle de l’Etat profond, de la victoire éclatante contre toute attente de l’actuel président de la République sur fond de participation massive des jeunes dans la présidentielle.

Belhaj n’a pas hésité à adresser ses virulentes diatribes aux « médias de la honte » qui ont déshonoré la révolution à l’exception d’une minorité, selon ses dires. Il a appelé dans ce contexte à réorganiser ce secteur pour ne pas dire le dompter et le mater.

Mais là où le bât blesse, Belhaj évoque le phénomène du terrorisme qui a frappé notre pays et a appelé à renverser la table sur l’ancien système et résoudre l’énigme de ce phénomène.

Ce sera le coup de grâce pour l’ancien système qui n’a cessé de miroiter la menace de la guerre civile dans le pays pour faire taire les gens et avorter les objectifs de la révolution, explique-t-il.

A la fin de la vidéo il s’est adressé au docteur Kais Saied en tant que commandant des forces armées, et président du conseil de la sécurité nationale et l’a sollicité de bien vouloir se pencher sur l’idée de former une cellule ou une équipe qui s’occupera du terrorisme de A jusqu’à Z, pour faire toute la vérité sur ce fléau étranger à notre pays et qui compte comme un « capital politique » pour certaines parties qu’il a évité de citer.

La vidéo a été publiée au moment où nos valeureux militaires et sécuritaires ont réussi une éclatante opération antiterroriste à Kasserine qui s’est soldée par l’élimination de l’un des terroristes les plus sanguinaires relevant de Katibet Okba Ibn Nafaa, l’algérien Mourad Ben Hamadi Chaïeb, frère de l’ancien Emir de la même fraction terroriste , Lokmane Abou Sakhr, éliminé par les forces tunisiennes en 2015, lors d’une opération similaire.

Charger plus d'articles
Charger plus par Samir DRIDI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire