8 jours, 170 films dans 22 salles entre les différentes sections en plus des rencontres professionnelles. ce soir le coup d’envoi de la 30ème édition qui porte le nom de Nejib Ayed. Une cérémonie très sobre pour un festival qui se poursuivra jusqu’au 02 novembre.

L’édition 2019 est une édition exceptionnelle, une édition faite dans la douleur de la perte de son directeur le producteur Nejib Ayed mais pour les jours à venir la fête du cinéma sera totale entre les salles de la cité de la culture, les salles de l’avenue Habib Bourguiba, dans les régions, et même dans les prisons.

Ce soir le tapis rouge s’est déroulé pour accueillir les invités de la 30ème édition. La parade des actrices et acteurs, des producteurs et des réalisateurs, a commencé depuis 18h00, la cité de la culture accueillait ces faiseurs de rêves avec les honneurs.

Et quand il fut le temps de la cérémonie d’ouverture, la scène s’éclaircie par l’élégante présence du maître de cérémonie le comédien Ahmed Hefiane.

Dans la sobriété et la retenue l’on présente les différents jurys, nombreux n’étaient pas encore arrivés, les différentes sections, les compétitions et la programmation parallèle.

Le chanteur Sabri Mosbah a met un peu d’ambiance avec un titre afro-tunisien qui introduit le focus sur le cinéma Nigérian puis un tableau de musique et de chant japonais pour souligner le Focus Nipon, le cinéma libanais aussi sera sous les feux des projecteurs et enfin le cinéma chilien introduit par l’interprétation de la chanson «Gracias a la vidà» par la chanteuse chilienne Marta Contreras.

L’instant hommage à ceux qui nous ont quittés fut le moment le plus intense de la cérémonie, en voyant défiler sur le grand écran les visages de ces gens du 7ème art qui ont fait du rêve leur métier et nous citons, Chawki Mejri, Jocelyne Saab, Chiraz Bouzidi, Hatem Berrebah, Moncef Lazzar, Ezzat abou Aouf, Farouk Fichaoui …

Chiraz Latiri, directrice du Centre national du cinéma et de l’image CNCI a enfin rejoint la scène pour annoncer l’ouverte de l’édition Nejib Ayed des JCC 2019.

Une cérémonie qui annonce déjà la programmation riche de cette édition, son attachement à ses principes fondateurs et son ouverture sur le monde.

Le film d’ouverture est le dernier film en date de Nouri Bouzid «Les épouvantails». C’est le dernier volet de la trilogie du cinéaste sur l’intégrisme religieux après «Making off» et «Millefeuille».

Charger plus d'articles
Charger plus par Asma DRISSI
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire