Le manque des ressources financières publiques dédiées à l’investissement dans l’infrastructure routière et à sa maintenance périodique, ainsi que le non respect des utilisateurs de la route du poids en charge autorisé constituent les principales raisons de la détérioration de l’état des routes en Tunisie a indiqué, mardi, le directeur général des ponts et chaussées Slah Zouari qui se réfère à un état de lieu réalisé récemment.

« Cet état de lieu, qui fait partie d’une étude sur la mise à niveau de l’infrastructure routière et l’identification des hypothèses de restructuration de ce domaine dans le pays, a été présenté lors d’un colloque tenu les 5 et 6 novembre 2019, à Tunis« 

« Actuellement l’Etat consacre 1,2 milliard de dinars au plan d’investissement routier, dont près de 50 millions de dinars sont destinés à la maintenance, soit près de 7% alloués aux chaussées », a -t-il précisé.
 » Nous ambitionnons de renforcer ce plan d’investissement et de porter le budget de la maintenance à 300 MD, soit entre 20% et 25% du plan d’investissement de l’infrastructure routière, à l’instar des autres pays en développement », a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le responsable a souligné l’importance de renforcer les ressources humaines de l’administration, d’autant plus que plusieurs cadres sont partis à la retraite ou ont quitté le pays dans le cadre de la coopération technique.

Financée à hauteur de 1,2 millions de dinars par la Banque africaine de développement(BAD), l’étude comporte trois phases, à savoir la présentation de l’état de lieu de l’infrastructure routière en Tunisie, la présentation des propositions concrètes de développement de ce secteur et des établissements en charge et le choix de la meilleure option à suivre dans ce domaine.

Cette étude lancée en 2018, par le Ministère de l’Equipement, de l’Habitat et d’aménagement du territoire, devrait prendre fin en 2020, selon Zouari.

Durant les deux jours du colloque, plusieurs scénarios de modernisation de l’infrastructure routière, inspirés des expériences des autres pays sont discutés par les participants.

Parmi ces scénarios figure celui portant sur la création d’un fonds dédié à la maintenance des routes.

La direction générale des ponts et chaussées a mis en place une stratégie couvrant la période 2016-2030 et s’étalant sur trois plans et ce, moyennant environ 35 milliards de dinars, d’après ce responsable.

Le réseau de l’infrastructure du pays comporte actuellement, 20 000 km de routes classées, dont 81,4 sont revêtues, et 52 000 km de pistes rurales, dont 40% sont revêtues, selon des données communiquées par le Ministère de l’Equipement.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire