Suite à un appel à participation adressé à des acteurs de la société civile en Tunisie, 4 projets ont bénéficié depuis 2018 d’une aide importante.


Le grand jour est arrivé pour «Houmtek», le projet socioculturel lancé par le Goethe-Institut Tunis, sous le chaperonnage de son chef de projet Daniele Kugele et le ministère des Affaires étrangères allemand : sur deux jours, l’Ariana s’apprête à vivre aux rythmes d’une programmation corsée, dont les bénéficiaires directs sont les citoyens tunisiens.

«Houmtek» ou «Ton quartier» est une initiative environnementale qui vise à munir des participants et des citoyens d’astuces afin qu’ils puissent agir positivement à long terme sur leur quartier : l’objectif principal est de l’embellir, de le rendre plus attrayant.

Comment rendre plus éclatant son environnement et ses environs? Comment le garder propre ? Pendant deux jours, les 8 et 9 novembre, à l’Ariana et à Jabbès, l’équipe organisatrice et les organismes participants sensibilisent à la propreté des rues : ils munissent les invités participants d’outils, d’anecdotes, font appel à des associations de la société civile locales très actives actuellement et qui œuvrent pour un environnement beau, sain et propre. Beau programme au menu de «Houmtek» qui vise, notamment grâce à des ateliers de formation étalés sur une journée, à transmettre tout un savoir. Le 8 novembre, à partir de 10h00, le rassemblement a eu lieu au Parc Bir Belhassen à l’Ariana dans l’enceinte de la salle principale du parc.

Le manque d’entretien effarant de la plupart des espaces publics conduit les autorités à soutenir les initiatives dans le genre. Les lieux abandonnés sont aussi la cible de cette opération.

La société civile se mobilise

Suite à un appel à participation adressé à des acteurs de la société civile en Tunisie, 4 projets ont bénéficié depuis 2018 d’une aide importante. Les associations/organismes bénéficiaires sont Bledyzina, «Les enfants comme catalyseurs culturels», «St4 the Project» et «Vélorution».

«Bledyzina» s’est engagée avec son projet «Houmty Zyna» à améliorer la qualité de la vie dans un quartier marginalisé de Béni Khiar (à environ 70 km au sud-est de Tunis), en transformant des décharges illégales en jardins urbains, avec l’aide des enfants et des jeunes de la communauté locale. Samira Ben Ammar et Guillaume Bindefeld sont les concepteurs de cette initiative qui ne cesse de devenir impactante de jour en jour.

Porté par Monia Jmal, Hédi Khélil et Aïcha Ben Salah, le projet «Les enfants comme catalyseurs culturels» prend forme à travers des ateliers participatifs et créatifs et des ateliers avec des enfants. L’association cherche à impliquer la communauté locale de Jabbès (une banlieue de Tunis) dans la construction d’une aire de jeux pour les enfants du quartier à côté de l’école primaire.

Le «ST4 Project» est le fruit d’un collectif de Street Artistes tunisiens dont le but est de donner un coup d’éclat purement esthétique au quartier. C’est avec leur projet «Geyla» qu’ils ont procédé à l’embellissement d’un quartier du village «Derjine» (gouvernorat de Tozeur). Ils ont tenu à faire participer les habitants du village à la réalisation de Street-arts sur les murs de leurs maisons.

«Velorution Tunisie» se bat pour un paysage urbain et un trafic routier truffé de… vélos! Les fondateurs ont lancé un projet titré «Gari Biskletek», convaincus par la nécessité d’adopter plus souvent les bicyclettes comme moyen de transport alternatif à la voiture. Depuis le lancement de «Houmtek», des accroche-vélos ont été construites et installées dans plusieurs endroits aux environs de l’Ariana afin d’améliorer l’infrastructure cyclable, promouvoir le vélo, et ce, jusqu’à l’émergence de pistes ou de ceintures conçues pour les bicyclettes à long terme.

Workshops, ateliers, présentations et travail sur terrain seront assurés par les participants, les 8 et 9 novembre. Ils évoqueront leurs expériences à travers diverses activités. «Patrimoini 2» est un autre projet socioculturel par excellence et s’étendra du 29 novembre au 1er décembre 2019. Nous y reviendrons !

Crédit photo (Zayene Bechir/Dora Delila Cheffi )

Charger plus d'articles
Charger plus par Haithem Haouel
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire