Pour permettre à des lecteurs aux bourses moyennes de continuer à pratiquer leur passion, Cérès bookshop développe une nouvelle filière. Le livre d’occasion.


Depuis la dévaluation du dinar, la lecture est devenue un loisir de luxe, réservé à une élite nantie. Devant des romans étrangers mis à la vente à 80 dinars, des livres abordant les sciences sociales ou l’histoire coûtant pas moins de 90 dinars et même les poches hier à petits prix dépassant aujourd’hui les 30 dinars, le Tunisien moyen, féru de bouquins, se sent frustré à chaque fois qu’il franchit la porte d’une librairie. Petit tour et puis s’en va l’âme en peine et la rage au cœur…

Pour répondre à la demande de ces passionnés de lecture, Cérès bookshop, une librairie en ligne de Cérès Editions proposant une large sélection de l’offre éditoriale tunisienne et française, a trouvé une formule qui a tout de suite plu et bien fonctionné. L’idée consiste à racheter à partir de 3 dinars la pièce chez les particuliers des ouvrages en français, arabe et anglais déjà lus, déjà consommés et les remettre dans le circuit du marché du livre. Distributeur de livres, Cérès connaît bien les goûts et les tendances de lecture des Tunisiens. C’est sur cette base que la sélection se fait.

Un plaisir à petits prix

«Vérifier tout d’abord qu’il ne manque ni feuilles, ni couverture, le livre doit être en bon état. Il suffit de remplir le formulaire ci-après, prendre une photo des livres et nous l’envoyer. Faire autant de photos que nécessaire», conseille le site de Cérès bookshop.

Les livres choisis peuvent soit être acheminés par leurs propriétaires à l’adresse de Cérès bookshop (6, rue Alain-Savary, Le Belvédère), tout comme la librairie en ligne peut envoyer un coursier pour les récupérer.

Près de 500 livres d’occasion sont aujourd’hui disponibles au siège de Cérès bookshop ou encore sur le site.

Beaucoup de romans, parmi les best sellers, tels ceux de Yasmina Khadra, d’Amin Malouf, de Milan Kundera, de Dan Brown, d’Elena Ferrante, de Néjib Mahfoudh, de Nawal Saadaoui, de Taha Hussein…

Les bouquins sont revendus à partir de 7 dinars. Des livres rares ou de beaux livres ou encore des ouvrages très recherchés sur l’économie, la politique, l’histoire peuvent atteindre les 25 dinars. Ils restent tout de même beaucoup moins chers que payés à l’état neuf.

La filière du livre d’occasion ayant trouvé des consommateurs toujours curieux et intéressés, les responsables de Cérès bookshop prolongent leurs recherches des perles rares chez les bouquinistes de Tunis. La collection de leurs acquisitions continue à s’élargir de jour en jour et le cercle de leur public aussi.

Pour que la lecture reste une passion à la portée de tous et «une porte ouverte sur un monde enchanté», selon la célèbre formule de François Mauriac.

Charger plus d'articles
Charger plus par Olfa BELHASSINE
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire