La date de la manifestation pour le climat qui se déroulera à l’avenue Habib-Bourguiba a été avancée d’une semaine pour mettre à disposition des lycéens mobilisés le temps nécessaire à la préparation des examens de fin d’année.


Rima Rahmani, co-fondatrice du mouvement jeune et citoyen «Youth for climate Tunisia», a informé La Presse de Tunisie du changement de date de la grève 2.0 initialement prévue pour le 29 novembre 2019.
Cette grève se déroulera le vendredi 22 novembre prochain en lieu et place de la date initiale. Sur la page facebook, dédiée à la promotion de l’événement, une publication bilingue en arabe et anglais informe sur l’intérêt à se mobiliser pour participer de façon active pour le changement des mentalités.
Après la première grève des étudiants pour le climat en Tunisie qui s’est déroulée le 20 septembre dernier devant le Théâtre municipal de Tunis, les organisateurs remettent le couvert.
On peut y lire un appel massif : «Le mouvement Youth for climate Tunisia appelle toutes les générations : enfants, jeunes, personnes âgées et moins agées, hommes et femmes, filles et garçons, tous les étudiants à nous rejoindre à la grève pour une justice climatique».

Coup de gueule des défenseurs du climat
Les organisateurs estiment que les politiciens et les leaders tunisiens n’ont aucune intention ou plan efficace pour aider à atténuer la crise du climat ou aider les Tunisiens à s’adapter à ses effets néfastes qui mettent en cause la survie de l’espèce humaine plus tôt que prévu.
Un ras-le-bol complet face au laxisme des autorités et des instances gouvernementales qui ne font pas grand-chose pour bousculer l’ordre des choses est vivement dénoncé par les jeunes défenseurs du climat qui ont poussé un coup de gueule : «On vient de subir le deuxième été le plus chaud jamais connu. Nous avons été témoins d’incendies dans les forêts, d’inondations et de la montée de l’eau de mer.
Nous vivons chaque jour le grave manque de ressources en eau.
Nous ne verrons pas notre fin arriver vers nous à grands pas sans rien faire pour exiger justice et égalité.  Nous défendons notre droit juridique pour une vie et un avenir sains et sûrs pour nous, en tant que générations futures. La crise climatique est devenue une cause sociale qui va à l’encontre de l’égalité des êtres humains, c’est pourquoi nous appelons toutes les composantes de la société civile à revendiquer l’égalité pour tous et le droit de chacun d’avoir une vie saine.
Nous les appelons également à participer en grand nombre à la prochaine marche pour le climat qui aura lieu le 22 novembre 2019».

Charger plus d'articles
Charger plus par Mohamed Salem Kechiche
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire