La cité El Ghazela compte pas moins de trois associations actives dans le domaine de la protection de l’environnement et qui œuvrent bénévolement pour le respect de la nature et l’entretien des espaces verts


Quand on est imprégné des vertus du don de soi, du volontariat et de la solidarité, quand on se sacrifie au service de la Nation, eh bien on ne passe pas inaperçu. C’est bien le cas du tissu associatif de la Cité La Gazelle  (délégation de Raoued ).
Les éloges pleuvent sur trois ONG qui ne cessent de briller de mille feux, gagnant autant la sympathie que l’admiration des habitants. Animées par des volontaires, elles ont fait du désintéressement leur raison d’être, et de la générosité leur cheval de bataille, en s’investissant corps et âme, et avec les moyens du bord, sans jamais chercher à faire l’aumône pour renflouer leurs caisses. On les a d’ailleurs vues, dimanche dernier, au Parc Ennahli où elles ont marqué une présence fort remarquée à l’occasion de la célébration de la fête de l’Arbre.

Sans répit 
En tenue sportive, patrons et membres (de tous âges ) de ces trois associations s’affairèrent très tôt dans la matinée, armés de pelles, de pioches et de cageots, arborant un sourire qui en dit long sur leur enthousiasme et leur détermination à apporter le plus à une fête.
Foulant les plaines, escaladant les plus hautes marches du mont Ennahli, ils ont réussi, ici et là et en deux temps trois mouvements, à planter la bagatelle de…300 arbres  (excusez du peu).Après quoi, place à la participation aux nombreux ateliers aménagés à l’occasion et consacrés aux actions de sensibilisation à la propreté et à la protection de l’environnement.
A 15h00, les troupes de ces ONG sont les derniers à quitter les lieux, comme si l’envie d’y rester les habitait encore. «C’est un immense plaisir pour nous que de faire ça», nous déclare, souriant, Wajdi Ben Fraj, l’homme fort de l’association «Nahmiouw Bietna «(Protégeons notre environnement ) qui, bien que le front ruisselant de sueur, semblait prêt encore à… jouer les prolongations. «Ce qu’on a fait, précise-t-il modestement, n’est ni un exploit ni un travail à but lucratif, mais plutôt une simple illustration de notre volonté sans cesse renouvelée de participer à l’œuvre de reconstruction du pays, et cela en sensibilisant nos jeunes adhérents, à la fleur de l’âge, à l’amour de la patrie, aux bienfaits de la solidarité et au sens de la responsabilité.
M. Ben Fraj, jeune dirigeant sportif et haut cadre dans une assurance bancaire de la place, affirme que «notre désintéressement est tel qu’on n’a jamais cherché à médiatiser les nombreuses et importantes manifestations de volontariat que nous avons organisées ou auxquelles nous avons pris part. C’est pourquoi je tiens à remercier mes compagnons de route pour leurs sacrifices et leur pleine adhésion à nos œuvres humanitaires et sociales, ainsi que les organisateurs de cette inoubliable fête de l’Arbre, tout en vous promettant d’autres contributions de notre jeune association qui vit pour la Tunisie, rien que la Tunisie».

Mohsen ZRIBI 

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire