L’Etat est-il en mesure de mobiliser un investissement de 1 milliard de dinars , pour assurer l’assainissement de la Transtu ?, Telle est l’interrogation qui a été posée par l’ancien PDG de la société, Salah Bel Aid, lors d’une rencontre débat tenue samedi, sur le thème  » la mobilité urbaine et crise des transports publics : cas du grand Tunis « .

Belaid a estimé que la Société des Transports de Tunis (Transtu) pourra jouer de nouveau son rôle de principal transporteur public, mais à condition de lancer une série de réformes, à même d’améliorer les services de transport sur le grand Tunis.

Le responsable a fait savoir que ce grand opérateur historique du transport, risque de disparaître, si l’Etat n’intervient pas, surtout que la société a un cumul de pertes durant la période 2010-2018, de 800 millions de dinars (MD).

 » Les dettes atteindront les 960 MD, à fin 2019, dont 85% sont contractées auprès de l’Etat et des sociétés publiques, dont la CNRPS, la STEG…, alors que le reste est dû aux fournisseurs de la société « , a indiqué le responsable, soulignant qu’aujourd’hui les fournisseurs privés ne participent plus aux appels d’offres lancés par la Transtu.

Pire encore, « le parc de la société ne cesse de se détériorer, puisque nous comptons aujourd’hui 700 bus fonctionnels, contre 966 bus en 2010, ce qui a entrainé une baisse de 23% de la distance parcourue, par rapport à 2010. Partant le nombre de voyageurs a baissé, et les recettes d’exploitation ont chuté de -25% ».

Toujours selon le responsable, la Transtu souffre, aussi, d’un problème de sureffectif, puisque le nombre de son personnel est passé d’environ 7000 personnes, en 2010, à 8200 en 2012, ce qui donne une moyenne de 6,8 agents /bus en 2012, contre 4,7 agents/bus, avant deux ans.

 » Les 1200 agents recrutés, durant la période 2010-2012, ont été placés, pour la plupart, dans des hauts postes, alors que la société avait besoin de techniciens et d’employés de terrain « , a noté Bel Aid, ajoutant que cet effectif était en mesure de faire fonctionner deux sociétés de transport régional.

Face à cette situation, le responsable a recommandé d’accélérer l’opération de l’assainissement financier et social de la Transtu, notamment via le licenciement de 800 agents, d’améliorer le niveau de l’offre, à travers l’acquisition de 300 nouveaux bus et l’implication du privé dans la maintenance des métros, et l’accélération de la mise en service du RFR.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire