Des syndicats généraux du secteur de l’éducation ont appelé, jeudi, le ministère de l’Education, au « retrait immédiat » de la circulaire énonçant l’obligation d’accompagner le certificat médicale d’une ordonnance qui étaye la liste des médicaments prescrits et déjà payés.

Dans un communiqué commun, ces syndicats ont indiqué que « conformément à cette circulaire, le ministère de l’Education a procédé à un prélèvement automatique des salaires des enseignants n’ayant pas respecté cette mesure », qu’ils qualifient d' »immorale et illégale », exigeant de renoncer au prélèvement « abusif » d’une partie des salaires des enseignants et l’ensemble des employés du ministère de tutelle, et de « restituer immédiatement les sommes d’argent prélevées ».

Les syndicats ont en outre considéré que le caractère contraignant de la mesure qui exige la présentation de l’ordonnance médicale comportant la liste des médicaments prescrits et déjà payée, représente « une violation manifeste du droit à la protection des données personnelles », selon la même source.

Les syndicats ont décidé, dans le cadre d’une coordination commune entre les différents corps éducatifs, d’observer un mouvement de protestation le 24 avril 2019, devant le siège du ministère de l’Education, dans les différents établissements éducatifs ainsi qu’au niveau des services administratifs, régionaux et centraux.

Le communiqué commun a inclus les signatures des secrétaires généraux de la Fédération générale de l’enseignement secondaire, de la Fédération générale de l’enseignement de base, de la Fédération générale des fonctionnaires de l’enseignement, de la Fédération générale du corps commun, des conseillers en orientation, ainsi que ceux de la Fédération générale des surveillants généraux.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *