Le président du Syndicat des magistrats tunisiens (SMT), Brahim Bouslah, a déclaré, samedi, à l’issue d’un entretien avec le chef du gouvernement désigné, Habib Jemli, que le syndicat a fait part de sa volonté pour que le ministre de la Justice soit une personnalité neutre et indépendante, n’appartenant à aucune sensibilité politique.

Dans une déclaration de presse, à l’issue de l’entrevue au Palais Dhiafa à Carthage, Bouslah a affirmé que le chef du gouvernement est « convaincu de la nécessité de l’indépendance du pouvoir judiciaire », relevant que l’entretien a permis d’évoquer les problèmes du secteur ainsi que les difficultés rencontrées, telle que la question de la sécurité dans les tribunaux.

Bouslah a, par ailleurs, fait part au chef du gouvernement de l’impératif de la révision du statut des magistrats, établi depuis 1967.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Laisser un commentaire