A la mémoire de notre très chère, bien-aimée, regrettée et inoubliable mère
Ses enfants, petits-enfants, ses proches et ses amies rappellent le souvenir de

Lella Manoubia Habiba Bent Tijani CHTIOUI
Veuve Chadly Ben Abdelhamid BEN MILED
(Rappelée à Dieu le 03 décembre 2011 et inhumée le 04 décembre 2011, au cimetière de Sidi Abdelaziz – La Marsa)

– Mais son souvenir est toujours vivace dans nos cœurs –
Mère bien-aimée, encore une année s’est écoulée sans voir ton beau visage, sans entendre ta douce et belle voix, sans voir ton sourire lumineux. Cela fait exactement 8 ans aujourd’hui que tu es partie sereinement au petit matin d’un certain 3 décembre, à tout jamais pour un monde paisible, meilleur, éternel, emportant avec toi pour toujours et à jamais notre joie de vivre. C’était hier. Chaque année tant que nous vivrons, nous commémorerons cette date fatidique comme jour de deuil, de chagrin et de peine. Ce sera chère mère le jour du souvenir de toi.
Mère chérie, depuis ton départ, que de changements, d’évènements dans l’existence de chacun d’entre nous mais ce qui reste inchangé c’est le grand amour que l’on te porte et le vide immense que tu as laissé et ton absence est une présence qui continue à remplir notre vie de tous les jours « Tu n’es plus là où tu étais mais tu es partout là où nous sommes ».
Mère adorée, tu étais notre meilleure amie, douce, affectueuse, tendre et attentionnée, notre confidente, notre compagne fidèle et bien-aimée. Tu étais notre soutien, sûr, pur, infaillible, constant et sans réserve aucune, durant les moments de joie et de tristesse, de bonheur et de douleur.
Chère mère, nous vivons avec le souvenir de toi que le temps ne pourra jamais altérer, ni effacer et nous gardons de toi l’inaltérable et quotidien témoignage de l’amour indéfectible d’une mère exceptionnelle, unique dans son genre, hors du commun, aimable, affable, adorée, adulée, qui s’est à maintes reprises sacrifiée pour faire notre bonheur que nulle autre que toi n’est en mesure de nous donner avec autant d’acuité. Un génie. Un symbole de l’amour maternel.
Chère Lella, toutes nos pensées sont vers toi, vers celle que nous aimons et qui nous manque tellement. « Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents aimés, adorés, dans la mémoire des vivants ». Repose en paix et sache que tu ne sombrera jamais dans l’oubli, toi notre idole, toi notre école de la vie qui nous a comblés d’un amour inégalable, infini et ton souvenir vivace sera éternellement dans nos cœurs et nos esprits et nous resterons indéfiniment, perpétuellement fidèles à ta mémoire.
Chère Lella, en attendant de se retrouver et d’être réunis pour l’éternité, que Dieu le Tout-Puissant, le Clément, t’accorde Son infinie Miséricorde et t’accueille dans Son Vaste et éternel Paradis, et que ceux et celles qui t’ont connue, aimée, estimée, appréciée aient, en ce jour mémorable, et le devoir nous l’impose, une pensée émue et pieuse pour toi et se joignent à nous pour réciter la Fatiha pour le repos de ta noble âme.
Ta famille qui pense à toi et t’aime

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse Nécrologie
Charger plus dans Nécrologie

Laisser un commentaire