Le ministre de l’Equipement, de l’Habitat et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Selmi, a affirmé que son département a procédé, après l’accident du renversement du bus touristique à Amdoun (gouvernorat de Beja) qui a fait 29 morts, au recensement de tous les points dangereux, au niveau du réseau routier dans l’ensemble des gouvernorats, ainsi que les points noirs.

Il s’agit de 43 points noirs identifiés par l’Observatoire National de la Sécurité Routière, alors qu’ils étaient, il y a dix ans, entre 145 et 150.

Clôturant, vendredi, à Djerba, les travaux du Congrès arabe des jeunes ambassadeurs de la sécurité routière, il a précisé que le ministère va procéder à un recensement précis, en collaboration avec les ministères de l’Intérieur et du Transport, ainsi que plusieurs autres intervenants. Cette mesure permettra d’identifier les problèmes à résoudre en matière de signalisation routière, de glissement , de pente…

Le ministre a souligné, en outre, l’importance de la responsabilité collective dans la sensibilisation à la sécurité routière et au respect des règles de la sécurité.

Evoquant les causes de l’accident de Amdoun, Salmi a estimé qu’elles se rapportaient, probablement, à l’état du bus et à la vitesse excessive, sans s’avancer davantage sur les résultats de l’enquête.

Charger plus d'articles
Charger plus par La Presse
Charger plus dans à la une

Un commentaire

  1. Liberte

    06/12/2019 à 17:56

    C’est vraiment maintenant qu’on s’en occupe des états des routes à quelques jours de votre départ du gouvernement, et vous alllez faire quoi de miraculeux ?

    Répondre

Laisser un commentaire